Un sursis d'un an avant de voir bouger sa facture d'eau

Par Stéphane Perrin | Publié le 27 décembre 2017 à 15h27 | Modifié le 27 décembre 2017 à 15h37 | Vu 821 fois
Un sursis d'un an avant de voir bouger sa facture d'eau
Vice-président en charge du dossier, Jean Cartier a été salué pour l’important travail réalisé, tant les situations sont aujourd’hui disparates sur le - © Stéphane Perrin

Conséquence de la loi Notre, la gestion de l’eau et de l’assainissement va être transférée à l’intercommunalité en deux temps : le 1er janvier 2018 pour 11 communes et le 1er janvier 2019 pour les autres. Après un an «à blanc», tous les habitants payeront de façon progressive le même tarif en 2024.

Ils le savent, les élus font devoir faire preuve de beaucoup de pédagogie sur le sujet. De fait, le transfert de la compétence «Eau et assainissement» à la communauté de communes Saint-Marcellin Vercors Isère (SMVIC) va avoir un impact financier loin d’être neutre pour les consommateurs. C’est la loi, les tarifs doivent être harmonisés sur la totalité du territoire. Au final, certains payeront plus, d’autres moins... Pour atténuer le choc, le conseil communautaire a décidé ce mardi 19 décembre de lisser sur cinq ans l’évolution devant mener à un tarif unique sur toutes les communes.

Un lissage jusqu’en 2024 pour arriver à un tarif unique partout

Conscient de l’importance du bouleversement, le président, Frédéric De Azevedo, insistait : «C’est le premier vrai acte de solidarité de notre nouvelle grande intercommunalité.» Vice-président en charge du dossier, Jean Cartier avait au préalable annoncé que «le SMIC se donnera un an de fonctionnement à blanc, avec des tarifs inchangés en 2018 par rapport à 2017.» Un an de «sursis» donc pour les premières communes concernées par le transfert au 1er janvier : Chatte, Chevrières, Saint-Antoine-l’Abbaye, Saint-Bonnet-de-Chavagne, Saint-Just-de-Claix, Saint-Hilaire-du-Rosier, Saint-Marcellin, Saint-Romans, Saint-Sauveur, Saint-Vérand et Têche.

C’est que la situation est aujourd’hui très disparate. Ainsi, rien que pour l’eau potable, Saint-Marcellin facture 0,69 euro HT le mètre cube (plus 36 euros HT d’abonnement annuel), tandis qu’à Saint-Romans, par exemple, il en coûte 1,90 euro le m3 (146 euros d’abonnement annuel). La stratégie retenue est de faire converger progressivement toutes les communes vers un prix de 1,06 euro HT le m3 en 2024 (84 euros HT d’abonnement). Il en sera de même pour la part «assainissement», pour arriver à une facture totale de 4,27 euros HT le m3 pour tous les habitants de l’intercommunalité en 2024 (abonnement compris).

Des recettes pour dégager 3 millions d’euros de travaux chaque année

Jean Cartier complétait : «Ces ressources nous permettront d’équilibrer financièrement le service et de dégager 3 millions d’euros pour l’investissement sur les réseaux chaque année.» A son tour, Frédéric De Azevedo apportait une précision : «Le pourcentage d’évolution des tarifs pourra être revu chaque année en fonction de notre capacité technique à réaliser les investissements prévus.» Le président annonçait également que la collectivité allait profiter de l’année 2018 pour procéder à des ajustements, notamment pour les gros consommateurs, «avec l’idée que les agriculteurs ne soient pas trop pénalisés.»

Il n’empêche, le SMIVC a prévu de mettre le paquet sur la communication en début d’année. Un délégué de Beauvoir-en-Royans résumait un sentiment largement partagé : «On a expliqué aux habitants qu’avec la nouvelle intercommunalité, nous allions mutualiser les moyens et réaliser des économies. Comment leur dire aujourd’hui qu’ils vont payer l’eau plus cher ?» Ce sera plus facile à Saint-Romans et Saint-Just-de-Claix, où la note va baisser. Joël O’Baton livrait l’explication, confirmant le fameux principe de solidarité et d’équité cher au président : «Chez nous, l’effort financier a été fait depuis de nombreuses années avec des investissements importants.» Lui aurait même aimé que la convergence tarifaire démarre dès 2018... 

Stéphane perrin

 

2 commentaires
  1. Grain de sel

    Le prix de l’eau augmente quand on voit le montant de la taxe d’assainissement le financement des organismes publics, on est en droit de demander une explication chiffrée


    Signaler un contenu illicite
  2. Grain de sel

    Une hausse inaccceptable.dans la facture d’eau on paye des taxes d’assainissement, l’eau va devenir trop chère, il va falloir aller ã la fontaine publique creuser des puits et récupérer l’eau de pluie Doubler le prix d eau pour payer le sur dimensionnement des installations pour le center parc de Roybon c’est inadmissible


    Signaler un contenu illicite

Envoyer un commentaire