Le musée de Saint-Antoine-l'Abbaye lance sa saison en beauté

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 14 mars 2018 à 15h53 | Modifié le 14 mars 2018 à 16h28 | Vu 1133 fois
Le musée de Saint-Antoine-l'Abbaye lance sa saison en beauté
Ils étaient nombreux lors de la présentation de la saison 2018 du musée départemental de Saint-Antoine-l'Abbaye. - © Aurelie Amieux

La boucle est bouclée : 2018 marque la fin d’un cycle lancé en 2016 par le musée sur l’histoire originelle de la vocation caritative de l’ordre hospitalier des Antonins. Après les bâtisseurs et leur extension européenne, c’est au tour des pratiques médicinales de faire leur entrée. La nouvelle saison sera ainsi placée sous le signe de la mandragore…

Cette année au musée de Saint-Antoine-l'Abbaye, «ce sont les vertus médicinales de la mandragore qui seront mises en avant avec une exposition qui vaut le détour, ainsi que son côté mystique fortement présent au Moyen-Âge», souligne Géraldine Mocellin, sa directrice.

Pour le reste, les rendez-vous culturels incontournables du village antonin sont toujours bien inscrits à l’agenda, comme les ateliers scolaires ou les Journées européennes du Patrimoine. Les temps forts de l’été seront également diversifiés avec le festival Textes en l’air, la fête médiévale, les Nuits antonines ou les visites des jardins du musée.

Mais cela n’empêche pas plusieurs nouveautés de faire leur entrée pour cette saison 2018 au musée. Des petites innovations apportées ou créées autour de l’exposition évènement "Vous avez dit mandragore ? Accueillir et soigner en occident", fil rouge de la programmation. Une exposition de quatre mois qui va donner la possibilité au public d’admirer «des œuvres rares, de grande qualité et d’une richesse exceptionnelle», comme le souligne la directrice des lieux, Géraldine Mocellin. Des objets d’exception, tels que des poudriers originaux prêtés par le collectionneur et commissaire d’exposition, Philippe Gayet, seront donnés à voir pour le plus grand plaisir des visiteurs.

En août, le festival Berlioz fait son retour dans l’église antonine

Saint-Antoine-l’Abbaye est connu et reconnu également pour la beauté des concerts qui sont joués au cœur de son église abbatiale. Et 2018 n’ira pas à l’encontre de cette renommée, bien au contraire. Au mois de juillet, des airs de Vivaldi résonneront au sein de la structure abbatiale lors du concert inaugural interprété par le chœur d’Oratorio du cercle philharmonique et par l’Ensemble baroque de la chapelle ducale de Chambéry. Le temps de quelques représentations, Les Allées chantent prendront également leurs quartiers au Salon aux gypseries. 

Mais musicalement, le rendez-vous qui sera en point d’orgue de la saison est fixé au mercredi 29 août avec une représentation décentralisée du festival Berlioz. Les voûtes de l’église vibreront aux notes du concert symphonique de l’English baroque soloists et du chœur Monteverdi, dirigés par le grand chef d’orchestre britannique Sir John Eliot Gardiner. Les deux ensembles interpréteront quatre Cantates de Bach. «Nous avons une grande chance d’accueillir de nouveau en nos murs le festival, un évènement mondialement connu. Ce sera un grand moment de bonheur à vivre», confie avec enthousiasme Géraldine Mocellin.

Le musée fait son entrée dans le réseau des Hôtels-Dieu et apothicaireries

Autre source d’enthousiasme pour les Antonins et à inscrire dans la catégorie des nouveautés, l’entrée au mois de janvier du musée au sein du réseau des Hôtels-Dieu et apothicaireries. Une adhésion importante pour la structure iséroise dans sa volonté de favoriser et développer le rayonnement de Saint-Antoine-l’Abbaye, en unissant ses moyens et ses recherches avec les autres lieux partenaires comme les Hôtels-Dieu de Cluny et de Beaune. Un rayonnement et une préservation de la richesse antonine qu’a tenu à souligner et rappeler Aymeric Perron, directeur de la culture et du patrimoine au Département de l’Isère : «Il est important d’insister sur cette entrée dans ce réseau, car les hospices antonins rayonnaient sur une grande partie de l’Europe à cette époque. Cela permet aussi de rappeler la fonction sociale de l’ordre hospitalier de Saint-Antoine, et pas uniquement religieuse.»

Sur un aspect plus commercial, les nouveautés sont également au rendez-vous, puisque les visiteurs pourront désormais se procurer les produits de la marque départementale Alpes Is(h)ere, ainsi que la mascotte du musée de Saint-Antoine, un petit sanglier made in France symbole de la chance, notamment dans les pays germaniques comme l’a évoqué Patrick Curtaud, vice-président du conseil départemental, chargé de la culture, du patrimoine et de la coopération décentralisée.

La boucle est donc bouclée. Il ne reste plus qu’aux amoureux de la culture, de l’histoire ou aux simples curieux de se laisser porter tout au long de la saison 2018 du musée de Saint-Antoine-l’Abbaye par la riche histoire de l’ordre hospitalier de Saint-Antoine au travers de ses pratiques
médicinales.

Aurélie Amieux

Le musée est ouvert jusqu'au 11 novembre. Entrée gratuite. Contact : 04 76 36 40 68. Horaires et programmation sur www.musee-saint-antoine.fr

 

0 commentaires

Envoyer un commentaire