Paris SG: 2018-19, c'est déjà maintenant!

Par AFP | Publié le 20 mai 2018 à 14h00 | Vu 27 fois
Paris SG: 2018-19, c'est déjà maintenant!
Le président du PSG Nasser Al-Khelaifi avant le match contre Rennes au Parc des Princes, le 12 mai 2018 - © AFP/Archives

Emery, c'est vraiment fini: le nouvel entraîneur du PSG Thomas Tuchel est présenté à 19h00 dimanche au Parc des princes, première étape de la course à la Ligue des champions 2018-19. Avec ou sans le handicap de sanctions liées au fair-play financier ?

La saison 2017-18 de Ligue 1, longtemps spectaculaire pour le PSG de Neymar et Kylian Mbappé, s'est refermée dans la médiocrité par un quatrième match sans victoire (sans compter la finale de Coupe de France remportée face aux Herbiers), samedi à Caen (0-0)

Les joueurs semblaient avoir, pour les Mondialistes, déjà la tête à la Russie, tandis que l'entraîneur Unai Emery ne pourra finalement pas se targuer d'avoir réalisé la meilleure saison de l'histoire parisienne puisque son total de points (93) est moins bon que celui de la dernière saison de Laurent Blanc (96 en 2015/16).

- 'Besoin de nouveauté' -

"On a besoin de nouveauté, aussi bien pour lui que pour nous", a déclaré le président du PSG Nasser Al-Khelaifi dans un entretien à L'Equipe publié dimanche. Le club de la capitale a donc nommé l'Allemand Thomas Tuchel sur son banc de touche, un entraîneur présentant un peu le même profil que l'Espagnol, trois Europa League (gagnées avec Séville entre 2014 et 2016) en moins.

"Il est ambitieux comme nous et aime un football spectaculaire et offensif", plaide le dirigeant qatarien. "Il a une forte personnalité et beaucoup de rigueur dans le travail. Il est jeune (44 ans), c'est l'un des meilleurs sinon le meilleur. D'autres grands clubs le voulaient. Il est motivé".

Il n'a toutefois gagné qu'une coupe d'Allemagne, n'est jamais allé plus loin que les quarts de finale de la Ligue des champions et n'a jamais eu à gérer un vestiaire de stars comme celui du Paris SG de Neymar.

- Intersaison tronqué... et agité ? -

Cette nomination rapide permet en tout cas à l'Allemand de vite prendre ses marques à Paris, même s'il ne va pas pouvoir 'coacher' l'intégralité de son groupe avant juillet voire août, en fonction de la fortune des internationaux lors de la Coupe du Monde.

La reprise de l'entraînement, programmée le 2 juillet en plein Mondial, se fera en effet sans les joueurs retenus pour la compétition, comme Mbappé, Edinson Cavani, Neymar, Thiago Silva, Marquinhos ou encore Thomas Meunier ou Angel Di Maria.

D'ici là, son groupe aura sans doute évolué par rapport à celui d'Unai Emery. Thiago Motta a disputé à Caen son dernier match professionnel, tandis que Layvin Kurzawa ou Kevin Trapp, entre autres, sont donnés partants.

- 'Scandaleux d'être sanctionné' -

Le PSG pourrait aussi devoir vendre quelques joueurs à forte valeur marchande, pour se conformer aux exigences du fair-play financier de l'UEFA. Le club est en effet visé par une "enquête formelle" de l'instance continentale, désireuse de vérifier si le club ne dépense pas plus qu'il ne gagne par ses propres moyens, ce qu'interdit le FPF.

Si l'UEFA décidait, comme elle l'avait fait en 2014, de limiter les capacités de recrutement du PSG, cela aurait évidemment des conséquences pour le début de bail de Tuchel.

"Honnêtement, ce serait surprenant, anormal et scandaleux d'être sanctionné", a plaidé Nasser Al-Khelaifi dans L'Equipe dimanche. "On n'a rien fait de mal. On a respecté les règles. Les gens savent d'où vient notre argent, nous n'avons pas de dettes, nous avons des garanties".

L'Allemand sait en tout cas que le défi qui l'attend à Paris, c'est-à-dire faire franchir au club un pallier en Ligue des champions, sera difficile à relever, ses prédécesseurs ayant tous échoué en quarts de finale (Carlo Ancelotti, Laurent Blanc) ou en huitièmes de finale (Unai Emery), malgré la qualité de l'effectif.

Nasser Al-Khelaifi a toutefois établi un objectif plus prudent qu'à l'accoutumée, dimanche dans L'Equipe: la saison prochaine, "on espère aller le plus loin possible mais je ne veux pas dire quarts, demi-finales ou finale. On fera le maximum". Sera-ce suffisant?

Mots clés : foot, FRA, L1, C1,

0 commentaires

Envoyer un commentaire