ISS: l'équipage de la fusée Soyouz indemne après son atterrissage d'urgence

Par AFP | Publié le 11 octobre 2018 à 12h00 | Vu 29 fois
ISS: l'équipage de la fusée Soyouz indemne après son atterrissage d'urgence
L'astronaute américain Nick Hague et le Russe Alexeï Ovtchinine ont atterri au Kazakhstan après la défaillance d'un moteur de la fusée Soyouz qui devait les emmener vers l'ISS. Russia's Soyuz MS-10 spacecraft carrying the members of the Internation - © AFP

L'astronaute américain Nick Hague et le Russe Alexeï Ovtchinine ont atterri et sont indemnes après la défaillance peu après le décollage d'un des moteurs de la fusée Soyouz qui devait les transporter vers la Station spatiale internationale (ISS).

"Au moment du décollage du vaisseau Soyouz MS-10, une situation inhabituelle est apparue. Les systèmes de sauvetage ont été activés, le vaisseau a atterri au Kazakhstan. L'équipage est vivant et le contact a été établi avec lui", a annoncé l'agence spatiale russe Roskosmos dans un communiqué.

"Les équipes de secours se dirigent vers la zone d'atterrissage du vaisseau Soyouz transportant les deux hommes", a ajouté la Nasa sur Twitter.

Une source au sein du secteur spatial russe, citée par Ria Novosti, a ajouté que les deux hommes "n'ont pas été blessés" après la défaillance d'un des moteurs de la fusée Soyouz qui devait les emporter sur l'ISS.

La fusée Soyouz qui devait emmener les deux hommes pour une mission de six mois sur la station orbitale a connu une défaillance environ deux minutes après son décollage. "Problème de lanceurs, deux minutes 45 secondes", a annoncé d'une voix parfaitement calme Alexeï Ovtchinine, commandant de bord de la fusée Soyouz, dans la retransmission live du décollage.

"Il y a eu un problème avec le moteur quelques secondes après la séparation du premier étage de la fusée", ont indiqué les commentateurs de la Nasa, qui diffusaient en direct le lancement.

Selon un photographe de l'AFP sur place, le décollage s'est bien passé mais "après la séparation du premier étage, on a eu l'impression qu'il y avait une sorte de flash".

"Dieu merci, ils sont vivants", a commenté aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

0 commentaires

Envoyer un commentaire