On s’serre les coudes, lauréat des Pépites musicales 2018

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 12 novembre 2018 à 11h15 | Modifié le 12 novembre 2018 à 15h23 | Vu 418 fois
On s’serre les coudes, lauréat des Pépites musicales 2018
Sur la scène de l’Ampérage, le groupe saint-marcellinois On s’serre les coudes a pris beaucoup de plaisir à interpréter ses titres. - © DR

Il y a quelques mois, nous vous parlions d’un groupe saint-marcellinois aux petits moyens logistiques et financiers, mais au grand talent artistique. Après avoir sorti en début d’année leur second album : Huile de coudes, On s’serre les coudes, une bande de copains, composée de Fred, Estelle, Juju, Dav, Marco, Did, Steph et Lolo, a écumé les scènes du territoire ainsi que des départements voisins, avant que leur talent ne soit reconnu il y a plusieurs jours par leurs pairs lors des Pépites musicales où ils ont décroché la première place. Retour sur cette année riche de succès pour On s’serre les coudes avec Bruno Barbier, chargé de communication.

L’univers du groupe saint-marcellinois est singulier, sur des airs de guinguettes et d’une France populaire des années trente, il vous invite à danser et à vous laisser porter par les textes imaginés par la chanteuse du groupe : Estelle Biolchini. Un univers atypique constitué d’accordéon, clarinette et guitare, qui a su séduire le jury indépendant des Pépites musicales de la CMCAS (Commission d’activité culturelles, sociales et sportives des industries électriques et gazières). Un travail de longue haleine et de nombreuses heures de répétitions qui ont enfin été reconnues par des noms référents de la scène en Auvergne Rhône-Alpes : « Ce concours s’adresse principalement aux artistes amateurs de la région, voire essentiellement de l’Isère. Trois autres groupes étaient en lice face à nous, le jury était composé de dirigeants de grandes salles ou de festivals locaux tels que Festiv’Arts, Le Travailleur alpin, Les Abattoirs de Bourgoin, etc. Pour le groupe, cela a été une formidable expérience car c’était leur première grande scène avec un éclairage, une sonorisation de grande qualité. Sur un set de 40 minutes, nous avons présenté un peu plus de dix chansons tirées de nos deux albums et trois nouveautés », explique Bruno Barbier.

Une reconnaissance de leurs pairs

Ce prix est une consécration pour le groupe de Saint-Marcellinois formé d’autodidactes, et qui fonctionne principalement au système D, ce que confie le chargé de communication : « Cette scène a été pour nous un pur moment de plaisir, de par la qualité des lieux, des moyens techniques, mais surtout parce que nous sommes parvenus à convaincre de notre talent des professionnels alors que depuis le début, le groupe s’est fait tout seul. On se débrouille, et par moments, c’est très dur. Ce titre est une reconnaissance et c’est encourageant. C’est une grande fierté pour nous. » Une reconnaissance qui se traduit par une plus grande visibilité grâce notamment aux prix obtenus par le lauréat des Pépites musicales. Ainsi, On s’serre les coudes a remporté un bon de pressage de 500 CD, un passage sur la scène du Travailleur alpin de Grenoble, et peut être, après sélection, un passage sur une scène du Printemps de Bourges. « Ce titre est important car avec les scènes qu’il nous offre, On s’serre les coudes va pouvoir se faire connaître à une plus grande échelle. »

À la conquête de nouvelles scènes

Conquérir de nouvelles scènes est un des nombreux projets qui animent la troupe saint-marcellinoise qui compte depuis plusieurs mois un second groupe : Particules fines, comme nous le révèle Bruno Barbier : « On s’serre les coudes est produit par Coudes productions. Courant 2017, pendant la pause du groupe, Estelle Biolchini et Frédéric Mélèze ont continué à se produire en concert avec leur propre groupe qu’ils avaient créé : Particules fines. C’est le même répertoire que On s’serre les coudes, mais avec plus de flexibilité, de souplesse dans l’interprétation, car cela est moins compliqué de monter un spectacle avec trois personnes que six. Aujourd’hui, c’est une formule qui convient à tout le monde et qui nous permet de faire beaucoup plus de scène. »

Autres ambitions à noter chez les Saint-Marcellinois pour l’année à venir, retourner en studio enregistrer cinq nouveaux titres, tout en poursuivant leur ascension en conquérant de nouvelles scènes avec les titres de leur second album déjà vendus à plus de 250 exemplaires, et en investissant prochainement les ondes des plateformes de musique en streaming afin de donner à de nombreux corps l’envie de danser comme au temps des guinguettes.

Aurélie Amieux

+ D'infos : On s’serre les coudes sera en concert pour sa dernière scène de l’année, à l’Auberge des trois ruisseaux à Combovin dans la Drôme, le 23 novembre à 20 h 30. Le second opus du groupe Huile de coudes, est toujours disponible à l’office de tourisme de Saint-Marcellin, ainsi qu’en dépôt-vente aux magasins Biocoop de Chatte et Saint-Marcellin et au Vival à Chatte. Prochainement, il sera disponible Au Petit marché, dans la Grande-Rue à Saint-Marcellin.

0 commentaires

Envoyer un commentaire