Pierre Rachel expose 25 ans de passion

Par Maxime GAILLARD | Publié le 19 novembre 2018 à 12h02 | Modifié le 19 novembre 2018 à 12h12 | Vu 295 fois
Pierre Rachel expose 25 ans de passion
Le vernissage de l’exposition de Pierre Rachel sur 25 ans de passion aura lieu samedi 1er? décembre à l’Espace Saint-Laurent. - © Maxime Gaillard

Pierre Rachel est un enfant de la balle. Très tôt, enfant, il mania crayons et pinceaux. Jamais il n’a quitté le monde de l’art, qui va chez lui du crayon de couleurs à l’appareil photo ou à la caméra, en passant par la peinture… au couteau. Artiste multiple, il se revendique comme un exégète de Charles Guillaud, de l’école lyonnaise, qui le conseille, l’encourage. Le disciple reste fidèle au maître.

Pourquoi la peinture au couteau Pierre Rachel est catégorique : «L’art figuratif ne peut pas être mis en valeur sans l’utilisation du couteau. Cette méthode me permet d’offrir une épaisseur, des contrastes, un éclairage, des couleurs chaudes ou froides qui donnent à l’œuvre une force expressionniste qui interpelle le spectateur.» Question techniques, Pierre Rachel s’appuie sur la méthode Allaprima. Autrement dit, il y a chez l’artiste tout un travail de maturation intérieure, de préparation intime qui peut durer un certain temps. Puis brutalement, le besoin de créer se manifeste et c’est alors que le miracle se produit. Nul besoin de refaire ou de rectifier, l’artiste crée en un seul jet, lumineux, vrai, unique. Le démiurge, c’est-à-dire le demi-dieu, a trouvé le bon geste, la bonne couleur, le bon trait, la seule touche qui convienne vraiment.

Tranches de vie du quotidien

Concernant son univers, le néo-saint-marcellinois s’inspire des tranches de vie du quotidien, avec pour prédilection les gens. Mais les gens qui vivent, qui passent dans la rue, qui s’offrent un moment de détente devant un café, qui lèvent le nez au ciel, qui se croisent, s’embrassent… Des moments de vie, des arrêts sur image. Bref tout ce qui fait la singularité d’un quotidien ordinaire. Un peu comme les néo-impressionnistes il y a un certain nombre d’années.

C’est ainsi que les amateurs de peinture pourront découvrir l’univers de cet ancien timide, qui a trouvé dans l’expression picturale, la photographie, le cinéma institutionnel et la communication entrepreneuriale un vaste champ de possibilités. Avec une soixantaine de créations exposées.

M.G.

+ D’infos : Exposition visible à l’Espace Saint-Laurent du vendredi 30 novembre au dimanche 16 décembre.

Vernissage le samedi 1er décembre à 11 h.

0 commentaires

Envoyer un commentaire