Saint-Marcellin Sports : la Fédérale 2 en ligne de mire

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 31 décembre 2018 à 13h48 | Modifié le 31 décembre 2018 à 14h01 | Vu 455 fois
Saint-Marcellin Sports : la Fédérale 2 en ligne de mire
Leader de sa poule à la trêve, l’équipe fanion réalise un championnat satisfaisant. - © Maxime Gaillard

Les seniors 1 du club de rugby de Saint-Marcellin, qui évoluent en 3e division nationale, ont attaqué dimanche 16 décembre la phase retour avec une large victoire sur les banlieusards valentinois de Rhône XV (35-12). Avant d’aller affronter Véore, Renage, Annecy puis Montélimar, qui seront des matches déterminants, nous avons rencontré Hervé Mottin, coprésident du club avec Alain Vayssière, qui a aussi la casquette de coach des juniors du SGR (Sud-Grésivaudan rugby).

Hervé Mottin, c’est un peu le résumé d’une histoire qui a commencé il y a une bonne trentaine d’années, alors qu’il jouait en minimes sous la direction de Louis Morisot et Bernard Falque. Cette année-là, les jeunes du Saint-Marcellin Sports atteignaient la demi-finale du championnat de France, perdue contre la VGA Saint-Maur à Chenove-en-Côte-d’Or. Ensuite, l’ami Mottin continua en cadets, puis en juniors, enchaînant les phases finales des différents championnats de France, et enfin et surtout, cette fameuse finale de championnat de France 3e division nationale, perdue à Dijon contre Strasbourg. Tout le rugby se résume en ces quelques lignes : des efforts jusqu’au bout des forces, de l’amitié jusqu’à en mourir et les résultats suivent.

Un objectif clair pour les seniors

Désormais à la tête du club, Hervé Mottin nous donne le sentiment d’un président satisfait du bilan actuel. Mais loin de lui l’idée de tomber dans la béatitude ou l’autosatisfaction. Ce n’est pas le genre de la maison. S’agissant des seniors, il annonce sans ambages : « Cette année, nous jouons clairement la montée. On a une réserve de qualité avec Lionel Mayet en figure de proue, mais aussi Jordane Martin, qui, petit à petit, tisse sa toile, sans oublier Garvi ou Locatelli, des jeunes du cru. Cette cohorte de gamins issus de notre formation mouille le maillot tous les dimanches. S’ils poursuivent leur quête, ils finiront par arracher la qualification pour les phases finales, qui serait leur Graal. »

L’équipe fanion, qui rassemble une constellation de joueurs qui apportent leur métier et encadrent des enfants du pays comme Colombani, Becque, Barret, Faure, Chiaverini ou Montaz, occupe à la trêve la première place de la poule 5 de la Fédérale 3. Parviendra-elle à la conserver jusqu’au bout, ce qui constituerait une rampe de lancement idéale pour les phases finales ? Le président veut y croire, même si « on a parfois des trous d’air impensables. On doit gagner à Renage et au Teil, on doit prendre le bonus offensif contre Privas et au final, il nous manque des points de confort. » Sans parler du match de dimanche contre Rhône XV, le dernier de poule, qui pose questions. La seconde partie de la saison s’annonce plus compliquée, avec des déplacements à Véore, Annecy, Montélimar, le Pont-de- Claix... Au final, ce sont les joueurs qui ont la clé du… paradis.

L’école de rugby en pleine expansion

Quand on lui parle de l’école de rugby, Hervé Mottin a l’œil qui brille : « Les effectifs ont augmenté. Désormais, dans certains tournois, on peut aligner deux équipes en M12, un groupe qui compte environ 22 éléments, trois équipes en M10, qui rassemble une quarantaine de gosses, trois équipes en M8 et une quinzaine d’enfants débutants en M6, sous la houlette de Fabien Barbe et Pierre Dumoulin. Au total, une centaine d’enfants sont présents deux fois par semaine à l’entraînement. Et avec des résultats par-dessus le marché ! Manu Calero, Paulin et Denis Périssat font du bon boulot en M12, d’autant qu’avec les nouvelles règles, ce n’est pas facile de modifier le comportement technique de gamins à qui on a commencé à apprendre à plaquer il y a seulement trois ans. À présent, le mot d’ordre, c’est garder le ballon deux secondes et le passer. »

En M10 et M8, les excellents résultats à chaque tournoi donnent à penser que ces jeunes-là, bien aidés par des éducateurs de qualité et d’expérience comme Frankie Rettuga, Julien Astruc, Léo Blanc, Julien Garcia, Christophe Pêcheur et Christophe Lutz, seront peut-être à l’image de la fameuse génération 1980-2000.

Concernant l’entente SGR avec les Vinois, Hervé Mottin se veut attentif : « Nos minimes font un bon début de saison et je m’en réjouis, avec un groupe d’éducateurs qui s’entend bien autour de Jean-Christophe Carlin. » En revanche, l’œil bleu du président se fait noir s’agissant des cadets : « Je pense qu’on a manqué d’ambition avec les M16. Ils gagnent tous leurs matches, tant mieux, mais contre qui ? Les formations qui leur sont proposées sont pour la plupart faibles. Or, pour progresser, il faut parfois se confronter à ce qui se fait de mieux. »

Enfin, le président s’est dit préoccupé par les juniors M17. Évidemment, en engageant deux équipes, l’une en ligue 1 et l’autre en ligue 2 (Auvergne-Rhône-Alpes), on savait que ceux qui allaient évoluer en ligue 2 allaient souffrir. C’est le cas, mais ils mettent tellement de bonne volonté qu’un jour ou l’autre, leurs efforts seront récompensés. Et à ce moment-là, les résultats suivront. En ce qui concerne les juniors 1, c’est le coprésident Alain Vayssière qui répond : « Quand je me réfère à la fin de saison dernière, je suis un peu déçu. On dirait qu’ils se satisfont de leur situation, que la remise en question n’est plus leur leitmotiv. On gagne sans briller et on perd parfois tristement. Je me demande si je sers encore à quelque chose. En résumé, ils n’iront pas à la guerre pour moi. » Voilà qui a le mérite d’être dit.

Enfin, les demoiselles qui constituent l’ESSER (entente SMS, RCE, SCR) sont inscrites dans le nouveau championnat de jeu à X et ça fonctionne tellement bien qu’elles sont invaincues, bien coachées par la triplette composée de Bryan et Karl Polvent et Lolo Manzinalli.

Maxime Gaillard

+ D’infos : Le SMS organise un stage jeudi 3 janvier pour les M8 et vendredi 4 janvier pour les M10 et M12. Ils sont ouverts également aux non-licenciés. Inscriptions auprès de Rémi Farconnet au 06 85 30 48 79 ou par mail à r.farconnet@orange.fr).

0 commentaires

Envoyer un commentaire