Aviron : des rameurs péruviens à La Sône !

Publié le 27 août 2015 à 18h27 | Vu 1734 fois
Aviron : des rameurs péruviens à La Sône !
Les trois athlètes péruviens au bord de l'Isère avec leur entraîneur - © SG

Depuis le 17 août et jusqu’à ce dimanche 30 août, la sélection péruvienne d’aviron se prépare aux championnats du monde – qui se dérouleront du 1er au 6 septembre au lac d’Aiguebelette (73) – sur les installations du club d'Aviron du Sud-Grésivaudan, à La Sône.

 

Alvaro Torres, Eduardo Linares et Renzo Léon sont les trois rameurs péruviens qui défendront les couleurs de l’ancien empire du soleil lors des prochains championnats du monde organisés en Savoie, sur le lac d'Aiguebelette. Autour de leur expérimenté entraîneur cubain Wilfredo Fernandez Barrios (63 ans), les champions sud-américains ont pris leurs quartiers d’été à La Sône et en sont ravis : « C’est la fédération péruvienne d’aviron qui avait des contacts dans votre belle région et qui a organisé notre séjour. C’est une chance d’être ici. On se sent vraiment très bien ici. Le climat est parfait et l’environnement magnifique. Autour des montagnes et sous le soleil, nous sommes dans un cadre rêvé pour peaufiner notre préparation. »

 

Un accueil qui fait chaud au coeur

La sélection a reçu un bel accueil de la part de la mairie de La Sône. Pierre Rousset, le maire de la commune et ses adjoints étaient présents dès le premier jour, et leur ont offert des entrées pour visiter le jardin des fontaines pétrifiantes et se balader sur le bateau à roue. Une visite du village était également organisée par la municipalité.

« Les gens ici sont vraiment familiaux, ils nous invitent chez eux pour partager un moment et nous soutiennent à 100%. Les enfants viennent nous voir et nous offrent des cadeaux, toute cette hospitalité fait chaud au cœur. Nous sommes moins seuls et nous nous sentons presque comme chez nous… à quelques 10 000 km de Lima » se ravit Alvaro Torres, le cadet de la sélection qui continue, en parallèle de sa carrière de rameur, des études universitaires en management.

Hébergée à La vierge noire, à proximité des installations du club d’aviron, la sélection péruvienne s’est entrainée durant sa première semaine de préparation en compagnie des clubs de Nice et Monaco, eux-mêmes en stage. Pendant l’intégralité du séjour, les rameurs sud-américains ont pu peaufiner leur condition physique dans le local du club d'Aviron du Sud-Grésivaudan équipé pour l’occasion en matériel de musculation. L’ensemble de ces installations a été apprécié à sa juste valeur par le squad sud-américain : « les dirigeants nous ont donné les clés de leurs installations et c’est très agréable de profiter de leur matériel. Nous sommes reconnaissants de cette confiance accordée par le club. »

Sur un cours d’eau calme et abrité du vent, les rameurs sud-américains ont récité leurs gammes avant le grand rendez-vous d'Aiguebelette et ont apprécié leur nouveau terrain d’entraînement, eux qui d’habitude s’entraînent à Lima, au bord de l’Océan Pacifique : « L’Isère est très calme et nos conditions d’entraînement sont parfaites. Il n y a aucun trafic sur l’eau, si ce n’est le passage du bateau à roue. Beaucoup d’équipages rencontrent des problèmes "d’embouteillages" sur l’eau durant leur préparation et nous sommes donc des chanceux. »

 

Prêts pour les championnats du monde

Alvaro Torres (22 ans) et Eduardo Linares (27 ans) formeront la paire alignée sur le deux de couple masculin dans quelques jours en Savoie. Ce duo se présentera au championnat du monde auréolé d’une médaille d’or glanée lors des Jeux Bolivariens 2013 (compétition omnisport semblable aux Jeux Olympiques mais à l'échelle sud-américaine) organisés chez eux, en terre péruvienne. Face aux redoutables équipages européens favoris de ce mondial, les Britanniques, Allemands, Italiens ou encore les Français à domicile, le duo péruvien aura fort à faire : « en France notre objectif sera de nous hisser en finale B (finale regroupant les nations classées entre la 12e et la 18e place). Le niveau de ce championnat du monde sera très élevé et les places en finale vaudront cher. Les pays européens tenteront de valider leur ticket pour les JO de Rio 2016 lors de cette compétition et la bataille va être âpre. »

Au Pérou, l’aviron reste confidentiel (environ 300 licenciés répartis dans 4 ou 5 clubs actifs) et centralisé dans la capitale Lima, même si ces dernières années la discipline tend à s’étendre ailleurs dans le pays. « Aujourd’hui, nous arrivons à vivre de notre sport grâce au gouvernement péruvien qui soutient les meilleurs athlètes du pays ».

Renzo Léon (25 ans), champion d’Amérique du Sud en 2010 et 2011, tentera quant à lui, de se hisser dans les douze premiers qui accéderont à la grande finale de ces championnats du monde. Sur trente-cinq équipages au départ de la catégorie skiff, la tâche ne sera pas aisée.

Buena suerte a todos… (Bonne chance à tous...)

0 commentaires

Envoyer un commentaire