Laissez-vous porter au fil des songes d’Élise et David Mansot

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 16 février 2019 à 07h00 | Modifié le 19 mars 2019 à 16h31 | Vu 736 fois
Laissez-vous porter au fil des songes d’Élise et David Mansot
Au Grand séchoir de Vinay, David et Élise Mansot exposent en commun pour la première fois leurs créations qui font référence à la nature et à l’enfanc - © DR

Enfant du sommeil et de la nuit, le songe est un monde où l’imaginaire s’exprime auprès d’émotions, de souvenirs. C’est une plongée dans ces songes que proposent Élise et David Mansot avec leur exposition « Cabanes en paysages au fil des songes », actuellement visible au Grand Séchoir de Vinay.

L’histoire entre Élise Mansot et le Grand Séchoir a débuté il y a plusieurs années, puisque la Lyonnaise a réalisé, par son métier d’illustratrice, les dessins des histoires de Poucette. Elle a également animé divers ateliers de créations. C’est pourquoi Élise et son frère David ont opté pour leur première exposition commune pour le musée de la Noix à Vinay. Un lieu qui était en résonance à leur philosophie proche de la nature. Nelly Puaux, chargée de développement publics du site vinois, raconte : « Élise a animé l’été dernier un atelier au sein de la Cabane à histoires. C’est à ce moment-là qu’elle m’a parlé de son travail, de ses nouvelles créations et qu’elle souhaitait exposer aux côtés de son frère qui réalise des cabanes avec des objets de récupération ou dessinées. Nous avons tout de suite accepté, car leur travail correspond à l’esprit du Grand Séchoir avec ce rapport à la nature et cette référence à l’univers de l’enfance. De plus, nous avons beaucoup apprécié leur démarche de vouloir révéler, partager avec les visiteurs leurs petits secrets de fabrication. »

Illustratrice de formation, Élise Mansot a ressenti le besoin de prendre un nouveau virage dans sa vie. Celui-ci a pris les traits de la création d’oeuvres sur toile à broder. Elle explique ce changement de vie : « J’ai toujours apprécié le milieu artistique, mais avant d’intégrer cet univers, j’ai ressenti un besoin de sécurité, d’être rassurée sur le "devenir". Je me suis donc orientée vers le métier de l’illustration. Puis, en 2012, j’ai senti que je commençais à tourner en rond, qu’avec l’illustration, je n’avais pas cette liberté de création. Aujourd’hui, après ce changement de cap, je suis dans une tout autre démarche, plus artistique. C’est après avoir intégré un atelier de restauration que j’ai osé présenter mon travail, exposer toutes mes créations. »

Un travail qu’elle expose aujourd’hui et jusqu’au 28 avril aux côtés de son frère David, ébéniste de formation et architecte d’intérieur. Au second étage du Grand Séchoir, l’exposition a été pensée pour mettre en valeur la complémentarité des oeuvres des deux artistes, nourries par la nature : « Le thème de la nature est synonyme d’engagement pour moi, car il est important de sensibiliser le public aux urgences environnementales et de susciter une émotion en redonnant cet esprit un peu mystérieux et magique à la nature », confie Élise Mansot. Il est vrai que lorsque l’on observe les tableaux ou les cabanes de David et Élise Mansot, au coeur d’un riche imaginaire, une certaine plénitude en émane. En flânant au gré des oeuvres, on semble transporté dans le monde des dessins animés japonais. Pourtant, comme l’avoue l’artiste lyonnaise, il n’y a aucune inspiration japonaise dans leur travail :
« Personnellement, dans mes créations, j’essaye d’exprimer un folklore oublié tel que la fête de l’ours. Je pense que le parallèle avec le Japon peut se faire sur le rapport à la nature, les croyances, les êtres magiques… »


Montrer la beauté de la nature pour la préserver


Si Élise Mansot réalise un long travail de recherche en amont de chaque création en se documentant et en se nourrissant des histoires, contes, articles naturalistes ou des anciennes techniques artistiques, car : « J’aime ce processus d’avant création où la réflexion occupe une part essentielle dans la réalisation de l’oeuvre. » David Mansot est plus dans l’instinctif, ses cabanes ayant chacune une histoire et un personnage. Il révèle : « Il m’arrive souvent d’attendre LE moment en m’asseyant à ma table de travail et en regardant tous ces objets du quotidien que j’ai ramassés, collectés, afin d’enrichir mes créations. Puis arrive doucement le moment de faire. L’histoire m’apparaît, le son de leurs voix, l’urgence qu’ils ont d’habiter un lieu, le besoin d’un abri…  "Ils", ce sont ces personnages, ces familles qui habitent mescabanes. Ils m’invitent à construire là où ils sont, leurs besoins guident mon dessin ». Le Lyonnais poursuit  : « Je commence toujours par le dessin, quand on est cabaniste, on commence par dessiner les cabanes, grandes, petites… Ce qui nous renseigne beaucoup sur la personnalité d’une cabane, c’est sa toiture, elle raconte beaucoup de choses et révèle l’ennemi ou l’ami qui enveloppe l’habitat. Mes créations ont toujours un lien avec un personnage qui détermine la forme de la cabane : un bateau pour un naufragé, un atelier pour un artiste… »

Au Grand séchoir de Vinay, David et Élise Mansot exposent en commun pour la première fois leurs créations qui font référence à la nature et à l’enfance. Pour le frère et la soeur, cette première exposition commune est une véritable fierté qui pourrait en appeler de nombreuses autres, car outre l’aspect commercial de l’exposition, le dessein premier de cette dernière est de créer une interaction entre les visiteurs, d’éveiller un sentiment familial, de partage. Une idée que nous développe Élise Mansot : « Lors d’une exposition, on dévoile une part de nous, on donne quelque chose. Cet esprit de partage est important, car il permet de montrer autre chose du monde, notamment chez les jeunes qui sont en construction émotionnelle et créative. » Son frère David d’ajouter : « Un ami (Luc Jacquet, réalisateur de La marche de l’empereur, NDLR) mepartagea un jour sa façon de voir son travail de réalisateur, il souhaitait en effet simplement montrer que le monde était beau, tellement beau qu’il l’aimait et qu’il souhaitait le protéger. Je crois que c’est une démarche similaire qui m’anime en voulant montrer avec mes cabanes un monde simple et beau à protéger. »

Ainsi, au sein de la salle d’exposition du Grand Séchoir, trois vitrines ont été installées pour révéler au public l’univers d’Élise et David Mansot. Composées de souvenirs d’enfances, de dessins, de croquis, d’objets de récupération en tout genre, c’est un peu de leur intimité qu’ils donnent à voir. Un parcours de la vie qui s’est réalisé depuis l’enfance, là où les songes et les rêves règnaient.

Aurélie Amieux

+ D’infos :Exposition Cabanes en paysages au fil des songes, de David et Élise Mansot, jusqu’au 28 avril. Aux horaires d’ouverture du Grand Séchoir. Visites guidées les dimanches 3 mars et 7 avril, à 15 h 30. Tarifs : de 5,50 € à 1 €. Ateliers créatifs avec Élise Mansot le 27 février et le 24 avril. Renseignements complémentaires et réservations pour les ateliers au 04 76 36 36 10.

0 commentaires

Envoyer un commentaire