Le musée antonin offre un pèlerinage dans son histoire millénaire

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 09 mars 2019 à 07h00 | Modifié le 19 mars 2019 à 16h31 | Vu 211 fois
Le musée antonin offre un pèlerinage dans son histoire millénaire
Aymeric Perroy, directeur de la culture et du patrimoine au Département de l’Isère (au centre), s’est réjoui de la programmation exceptionnelle. - © Aurélie Amieux

Dans le bel écrin du salon aux gypseries, le musée départemental a réuni élus et partenaires pour lancer sa saison 2019 qui réserve pour le plus grand plaisir des yeux, de nombreuses surprises et découvertes d’exception en cette année anniversaire avec le 9e centenaire de la dédicace du premier sanctuaire de Saint-Antoine-l’Abbaye. Présentation d’une année riche en événements.

Saint-Antoine. Un petit bourg devenu au fil des ans, des siècles et de l’histoire, Saint-Antoine-l’Abbaye la grande. Un patrimoine riche de par ses édifices, son saint, saint Antoine l’Égyptien, son ordre des hospitaliers de Saint-Antoine, et qui aujourd’hui doit être préservé, protéger. Un travail auquel s’est attelé le Département de l’Isère aux côtés de la commune de Saint-Antoine et bien sûr du musée. Des actions menées depuis des années mais qui en 2019 vont revêtir un costume particulier, celui des 900 ans de la dédicace de l’abbaye par le pape Calixte II.

Une exposition labellisée Catalogue des désirs

À cette occasion, en partenariat avec le diocèse, la municipalité et l’office de tourisme Saint-Marcellin Vercors Isère, le musée départemental a organisé une année de célébration exceptionnelle, ponctuée d’expositions composées de chefs-d’œuvre rares, de conférences, d’événements festifs afin de créer, comme l’a souligné, Géraldine Mocellin, directrice de l’établissement, « une synergie dynamique entre les différents acteurs qui participent au prolongement de l’histoire millénaire antonine ». Une saison de festivité, dont le fil rouge sera comme nous le disions le 9e centenaire de la dédicace de l’abbaye. Une date historique que le musée a souhaité fêter par la mise en place d’une exposition de grande qualité et qui donnera à voir au public des œuvres uniques. Intitulée Chemins d’étoiles. Reliques et pèlerinages au Moyen Âge, cette exposition qui accueillera un chef-d’œuvre d’une grande valeur, prêté par le musée national du Moyen Âge de Cluny, a été labellisée « Catalogue des désirs » par le ministère de la Culture. Ce label a été créé afin de rendre la culture accessible au plus grand nombre, sur tout le territoire français. Une politique que précise Lola Graillat, chargée de valorisation culturelle auprès du musée : « Notre ministère a fait le constat qu’il y avait une inégalité dans l’accès à la culture, qu’il y avait des déserts culturels. Pour répondre à cette problématique, il a mis en place cette mesure forte du Catalogue des désirs. Ainsi, à travers l’organisation de spectacles itinérants ou les prêts de pièces d’exception par les musées nationaux à des structures culturelles ou non, partout en France, il espère rendre la culture plus accessible. Et, le musée de Saint-Antoine est très fier de faire partie des treize premières structures à bénéficier de ce système de prêt avec l’accueil de la très grande tapisserie Le départ de l’enfant prodigue, venue du musée de Cluny. »


Des pérégrinations sur les pas de saint Antoine

Un autre rendez-vous est à noter dans vos agendas concernant ce 9e centenaire. Il s’agit du concert de plain-chant par l’ensemble Vox in Rama, coproduit par le musée et le diocèse de Grenoble-Vienne. Ce spectacle, qui se tiendra en l’église abbatiale, donnera à apprécier une version inédite de l’office médiéval pour la fête de Saint-Antoine l’abbé, tirée de manuscrits plain-chant conservés aujourd’hui dans le Trésor. Cette plongée dans le chant antonin trouvera un écho auprès du concert inaugural du lancement de l’exposition Chemins d’étoiles. Reliques et pèlerinages au Moyen Âge en juin avec la venue de Luc Arbogast. Artiste à l’univers intimiste, il revisitera un répertoire classique qui oscillera entre traditionalité et spiritualité et qui abordera les questions de la vie quotidienne.

Si 2019 sera une année festive avec ces nombreux rendez-vous en mémoire aux 900 ans de la dédicace de l’abbaye, les événements traditionnellement organisés par le musée seront également bien présents et fidèles au poste, certains comptant même quelques nouveautés comme les chroniques de l’abbaye où grâce à des outils interactifs tels que des cartes et des livres sonores, le visiteur sera embarqué dans l’histoire de l’abbaye et du bourg, construite autour des reliques d’Antoine le Grand. Le public pourra également apprécier de nouveau l’exposition des poudriers issus de la collection privée de Philippe Gayet. Ce dernier a d’ailleurs opté pour un nouveau thème pour ce second acte pensé autour de la notion de boudoir et de l’aspect sociologique du poudrier.

Événement rare pour être spécifié, le musée de Saint-Antoine-l’Abbaye organisera une exposition au-delà de ses murs et plus précisément au sein de la Maison Ravier, à Morestel. Plusieurs œuvres du peintre Jean Vinay seront prêtées et viendront enrichir l’exposition Rétrospective qui retracera le cheminement de l’inspiration de l’artiste Saint-Marcellinois entre ses paysages d’Algérie, de Paris puis du Vercors. En 2019, le musée départemental va poursuivre, en parallèle du 9e centenaire, son travail avec ses nombreux partenaires tels que Les Allées chantent, l’association Saint-Antoine développement pour le chantier des bâtisseurs en hommage à Claude Chevènement lors de La Médiévale, l’office de tourisme avec l’organisation commune d’animations au cours de la Nuit des musées ou du Noël des tentations, et Textes en l’air avec l’accueil en résidence de l’écrivaine Sonia Ristic.

L’histoire de Saint-Antoine est forte de son riche passé pour lequel le musée antonin œuvre sans cesse dans une volonté de transmission. C’est dans le prolongement de cette idée de transmission qu’il mène de nombreuses actions auprès des écoles du territoire, et qu’il éditera au mois d’avril un nouvel ouvrage sur l’abbaye intitulé : Saint-Antoine-l’Abbaye, un millénaire d’histoire. Dans celui-ci, le lecteur pourra retrouver les dernières études réalisées sur le site et qui aident à comprendre l’essor de ce village. Une volonté de compréhension de l’essor de l’abbaye que le musée a souhaité aussi travailler de manière plus originale en commandant auprès de la compagnie Hallet Eghayan, une pièce chorégraphique qui célèbre le voyage des savoirs scientifiques et médicaux des hospitaliers de Saint-Antoine entre l’Orient et l’Occident, entre Saint-Antoine et l’Arménie. Michel Hallet Eghayan, le chorégraphe, explique : « Nous avons mis en place un travail de coopération avec l’Arménie, car il y a de très fortes similitudes entre les pensées, les émotions arméniennes et antonines qui sont très fortes et bouleversantes. »

Bouleversante, rayonnante, enrichissante, cette saison anniversaire du musée départemental antonin est porteuse de belles promesses grâce à cette surprenante proposition de pèlerinage sur les pas de saint Antoine le Grand et de ses fidèles.

Aurélie Amieux

0 commentaires

Envoyer un commentaire