Une passerelle musicale entre élèves chattois et acadiens

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 23 mars 2019 à 07h00 | Modifié le 24 mars 2019 à 19h58 | Vu 857 fois
Une passerelle musicale entre élèves chattois et acadiens
Depuis quatre ans, les élèves de l’école chattoise Léa-Blain échangent avec leurs camarades acadiens à Caraquet. - © Aurélie Amieux

L’histoire de la France et de sa langue ne s’arrête pas aux frontières de la métropole. Elle rayonne sur divers continents et parfois même plus que dans l’Hexagone. Comme en Acadie, petite région nord-américaine qui comprend le nord et l’est de la province canadienne du Nouveau Brunswick, une colonie française fondée en 1604. Depuis 2016, grâce à Karl Ouchet, producteur à Saint-Antoine, les élèves du cycle 3 de l’école Léa-Blain à Chatte ont pu plonger dans cette histoire lointaine de la France en échangeant avec des enfants acadiens. Retour sur cette aventure qui cette année entre dans sa 4e édition.

La musique possède un puissant don, celui de faire tomber les frontières et de réunir le monde autour d’une idée commune. Karl Ouchet, producteur à la tête de Rue haute productions à Saint-Antoine-l’Abbaye, s’attache au travers de l’organisation de concerts et dans sa quête d’artistes, à défendre la francophonie. Ce qu’il est parvenu à réaliser avec Shaun Ferguson, artiste acadien, devenu l’ambassadeur de l’aventure qui unie aujourd’hui les écoles de Chatte et de Caraquet (ville natale de Shaun). Karl Ouchet nous raconte le synopsis de la première rencontre entre les enfants et le chanteur : « Shaun est venu pour la première fois à l’école de Chatte pour rencontrer les élèves de Carole Haegel. Par son intervention, nous souhaitions établir une connexion entre les jeunes chattois et ces racines acadiennes que nous avons oubliées. Leur montrer que nous avons avec ces personnes vivant de l’autre côté de l’océan des racines communes. Pour cela, Shaun leur a parlé de son histoire, de l’histoire de sa région, leur a fait découvrir sa culture, etc. Après sa venue, l’école primaire chattoise a contacté les enseignants de l’école de Caraquet et c’est ainsi que les échanges ont commencé : vidéos, photos, dessins, courriers… Et au fil du temps, Shaun est devenu leur messager. »

Si le mode de vie, la culture, les coutumes, la politique, la littérature font partie des thèmes abordés au cours des ateliers ou des discussions au sein du projet, la musique demeure le fil rouge de cette aventure basée sur l’échange et la découverte de l’autre. Ainsi, en 2017 est lancée la production d’une chanson composée et interprétée par les enfants. « Après un voyage personnel en Acadie de Carole Haegel, elle est revenue en France avec des ouvrages sur la littérature acadienne et avec l’idée de composer un titre autour de la francophonie, de l’Acadie, de la culture et de l’avenir au sens large du terme. Tout au long de l’année 2018, les enfants chattois et acadiens se sont alors mis au travail et à la création de cette chanson. À Caraquet, ils ont choisi de l’intituler L’Acadie et en France, L’Enfrancophonie. Cette dernière a d’ailleurs été interprétée devant les élèves du cycle 3 lors d’un concert donné par Shaun Ferguson qui a également chanté une chanson traditionnelle et folk acadienne : L’Évangeline », révèle le producteur antonin.

Un CD et une diffusion sur les radios acadiennes

Cette chanson créée par une partie des élèves de l’école Léa-Blain va prendre en 2019 une nouvelle dimension puisqu’au mois d’avril, durant une semaine, les petits Chattois vont enregistrer leur titre qui sera diffusé ensuite sur les radios communautaires acadiennes. Karl Ouchet revient sur cette semaine de production programmée comme celle des vrais artistes : « Du 9 au 11 avril, nous allons organiser notre semaine spéciale Acadie avec des répétitions le 9 avril, un enregistrement au studio Tavernier à Montmiral le 10 avril et un concert le 11 avril devant les parents d’élèves et interprété par tous les enfants des cycles 2 et 3. Ce dernier a d’ailleurs été possible grâce à la participation de la Ville qui le finance. Cette démarche permet à l’école de conserver la recette de la buvette pour financer un voyage en Vendée, lieu de départ pour l’Acadie des colons français. »

Au-delà de la production d’une chanson, ce projet d’échange avec l’Acadie se veut être avant tout une fenêtre ouverte sur le monde, la culture et plus particulièrement la langue française, comme le précise Karl Ouchet : « La langue est quelque chose de très important notamment pour les Acadiens dont la défense du français a été un moyen de survivre face aux diverses conquêtes ou occupations britanniques. Ils accordent une grande importance à notre langue et à sa préservation. » C’est également l’opportunité de collaborer à un projet de grande envergure qui participe au maillage des actions humaines et individuelles en rapport avec l’histoire. Il ajoute : « C’est un projet auquel tous les acteurs du territoire ont participé : la Ville, la médiathèque, l’école, les artistes… Tous l’ont porté dans une direction commune, celle de donner à nos enfants l’opportunité de se construire et d’acquérir de la maturité. »


Sensibilisation à la culture : un travail de tous les instants


Une maturité que le directeur de l’école Léa-Blain, Hervé Chareyre rattache au retour d’un certain attrait des jeunes pour la culture : « La culture est souvent perçue comme quelque chose de rébarbatif, en particulier chez les jeunes qui sont dans un esprit de consommation et de zapping. Mais, la culture est rébarbative uniquement si on l’ignore. Comme beaucoup de choses dans la vie, elle demande des efforts, du travail, que ce soit de la part des enseignants, des professionnels ou des enfants. Grâce à des intervenants et des projets de qualité comme celui avec l’Acadie, à Chatte, nos élèves ont retrouvé cette sensibilité à la culture. Mais cela demande un travail constant. » À travers la musique, les enfants chattois ont su franchir les frontières pour réunir le monde. Et comme ils l’ont si bien écrit dans leur chanson L’Enfrancophonie : « Partageons nos étoiles, ouvrons bien grand nos voiles, soyons tous solidaires, construisons notre terre. »

Aurélie Amieux

+ D’infos : Concert de Shaun Ferguson le dimanche 14 avril dans l’église abbatiale de Saint-Antoine-l’Abbaye à 16 h (entrée libre).

0 commentaires

Envoyer un commentaire