Le Salon des artistes se plonge dans le monde de l'enfance

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 06 avril 2019 à 07h00 | Modifié le 08 avril 2019 à 09h37 | Vu 455 fois
Le Salon des artistes se plonge dans le monde de l'enfance
Malika Doray, auteure-illustratice jeunesse, rêvait depuis dix ans de revenir sur les terres de ses grands-parents. - © © Cbazin

En écho à la 20e édition du Festival Barbara, le Salon des artistes de Saint-Marcellin, qui se tiendra du 11 au 25 avril, aura pour thème cette année « Mon enfance ». Un univers dans lequel navigue depuis 2001 l'auteure-illustratrice jeunesse Malika Doray, invitée d'honneur de cette 25e édition du désormais reconnu Salon des artistes.

« Oh mes quinze ans, oh mes merveilles, que j'ai mal d'être revenue, oh les noix fraîches de septembre, et l'odeur des mûres écrasées, c'est fou, tout, j'ai tout retrouvé ». C'est en clin d'oeil à la chanson de Barbara, Mon enfance qui fait référence à Saint-Marcellin, que le thème du Salon des artistes 2019 a été déterminé. C'est également en écho à la Convention territoriale d'éducation aux arts et à la culture (Cteac) et du Contrat territoire lecture, que l'enfance a été choisie afin de renforcer l'action des acteurs du territoire envers la jeunesse.

Marie-Aimée Roybon, responsable de la médiathèque saint-marcellinoise co-accueillante de l'évènement, explique : « Dans le prolongement de la signature du Cteac, nous avons pour projet d'accueillir des auteurs-illustrateurs en résidence afin de sensibiliser les adultes à l'éveil des tout-petits par la lecture. C'est dans ce contexte que notre réflexion sur la recherche d'un illustrateur s'est construite. Rapidement, elle s'est dirigée vers Malika Doray. C'est une auteure-illustratrice dont le trait fin et élégant, marque les riches émotions de ses personnages. Tous ses livres sont ancrés dans le quotidien de l'enfance, à la fois tendre, doux et drôle, ces récits parlent aux enfants. Ce qui nous a également attirés chez cette artiste, c'est sa capacité à rencontrer les enfants, à communiquer avec eux, à créer un fort sentiment de confiance, nécessaire notamment pour nos ateliers organisés au sein des crèches. »


Des livres ancrés dans le quotidien des enfants


L'illustratrice Malika Doray est venue à la littérature jeunesse sur le tard, à la suite de sa participation à la rédaction d'une lettre d'une petite-fille pour sa grand-mère. Elle raconte : « Avant de devenir au- teure-illustratrice, j'ai travaillé dans le secteur de l'enfance, c'était mon univers. Mon premier livre s'en inspire, car je l'ai rédigé autour de l'histoire de la mort d'une grand-mère. À cette époque, il a été plus facile pour moi de me lancer dans l'écriture, car j'ai toujours écrit. Par contre, pour l'illustration, cela a été plus difficile. Je ne suis pas une virtuose, mais à force de travail, j'ai trouvé ma voie, mon équilibre dans mes livres. »

Livres courts (ils dépassent rarement les 50 pages, NDLR), les créations de Malika Doray sont pensées dans les moindres détails, avec un travail sur le jeu des textures du papier, la forme du livre qui peut prendre l'apparence d'un accordéon. Elle précise : « J'aime beaucoup travailler sur la forme des livres, mais j'ai surtout une réflexion sur l'équilibre entre le dessin, l'écriture, l'inspiration. Je construis mes livres au fur et à mesure. Jusqu'au dernier moment, il peut m'arriver d'ôter certaines choses et d'en rajouter d'autres tout au long de mon processus de création. »


Pour la première fois, un illustrateur invité d'honneur


Sans aucune volonté de moralisation, les ouvrages de Malika Doray sont avant tout un moyen pour les plus petits de prendre possession de leurs émotions, ce que nous précise Marie-Ange Perli, chargée de production et de médiation au service culturel : « Son travail très affiné amène les enfants qui lisent ses livres à projeter leur ressenti, car ce qu'elle écrit fait partie de leur quotidien. Ils s'y reconnaissent. »

C'est avec une certaine émotion que Malika Doray a accepté l'invitation du service culturel de Saint-Marcellin, car elle nous confie avoir : « rêvé durant dix ans de participer au Salon du livre ou des artistes de Saint-Marcellin. Je suis amoureuse de ce territoire, de ces paysages où mes grandsparents ont vécu ». Une invitation qui a été une véritable prise de risque pour le service culturel qui, pour la première fois en 25 éditions, a invité un illustrateur. « Il y a une vraie prise de position de la part du service culturel, qui, avec ce thème de l'enfance, met l'accent sur les actions menées par les acteurs du territoire comme les médiathèques pour l'éveil des tout-petits », souligne Marie-Aimée Roybon. Et Marie-Ange Perli d'ajouter : « L'objectif du Salon des artistes est d'être une fenêtre ouverte sur les arts dans leur globalité. Ainsi, tout au long de nos éditions, nous avons invité des artistes peintres, des sculpteurs, des photographes… Autant de professionnels dont l'univers répondait au thème que nous avions défini. Nous voulons créer une ouverture vers la culture autour de ces expositions d'artistes professionnels et amateurs. »

Du 11 au 25 avril, après sélection, ce sont 23 artistes qui exposeront leurs créations à l'espace Saint-Laurent. Un évènement qui permet aux artistes, notamment amateurs, de faire découvrir leur travail, même s'ils n'ont qu'une petite production. Il permet aussi la découverte d'autres techniques artistiques et d'échanger entre artistes et avec les visiteurs. Ces derniers pourront d'ailleurs récompenser la meilleure oeuvre grâce au prix Coup de coeur du public. Lors de cette 25e édition, trois autres oeuvres seront aussi primées par un jury composé de cinq personnes.

C'est donc un voyage dans l'enfance un petit peu dans celui de Barbara, beaucoup dans celui de Malika Doray, et énormément dans notre propre histoire, qu'offre cette édition 2019 tout en douceur du Salon des artistes.

Aurélie Amieux

+ D'infos : Mon enfance, 25e édition du Salon des artistes, du 11 au 25 avril, à l'espace Saint-Laurent. Vernissage vendredi 12 avril, 18 h 30, remise des prix jeudi 25 avril, 18 h 30. Horaires d'ouverture : du mardi au vendredi, de 14 h à 18 h, le samedi de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, le dimanche de 14 h à 18 h.

0 commentaires

Envoyer un commentaire