Florian Pelegrin embrasse l’aventure sarthoise

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 13 avril 2019 à 10h12 | Modifié le 13 avril 2019 à 10h26 | Vu 753 fois
Florian Pelegrin embrasse l’aventure sarthoise
Dès ce lundi 15 avril, Florian Pelegrin aura le regard fixé sur les 24H du Mans moto. - © Thomas Benoit

Les 20 et 21avril, le mythique circuit du Mans aura un petit parfum Saint-Gervaisien, le pilote moto promosport Florian Pelegrin participera pour la première fois à la légendaire course des 24H du Mans moto, catégorie superstock. Certes, ce sera en tant que 4e pilote mais cela reste les 24H du Mans. Une expérience exceptionnelle que Florian Pelegrin vivra au sein du team JMA moto - Action bike, dirigée par Jean-Marc Adam.

Florian Pelegrin ne s’y attendait pas ou du moins il ne l’espérait plus, cet appel d’une équipe pour lui annoncer sa « sélection » pour la course mancelle. Celui qui a toujours rêvé de faire de l’endurance nous raconte comment cette année, cette belle opportunité s’est présentée : « Au 24H du Mans moto, pour courir, soit on a le financement pour payer son guidon, soit il faut attendre qu’une équipe vous donne votre chance. Pour cette année, après plusieurs discussions, j’avais laissé tomber l’idée de faire les 24H du Mans. Puis, il y a quelques semaines, je réalisais des essais privés pour me préparer pour mon championnat en promosport 1 000 quand j’ai rencontré Jean-Marc Adam, mon ancien chef mécano en endurance quand j’étais en formation, aujourd’hui manager du team JBM moto - Action bike et qui effectuait des essais avec son équipe. En discutant, je lui ai fait part de mon envie de piloter en endurance et lui m’a parlé de sa recherche d’un quatrième pilote pour la manche du Mans en raison de la blessure de son actuel quatrième pilote. Après réflexion, il m’a rappelé quelques jours plus tard pour me proposer d’effectuer le remplacement. J’ai alors tout de suite dit oui ! »

Observer et apprendre

Pour le Saint-Gervaisien dont l’endurance a toujours été un objectif de carrière, débuter par l’historique course du Mans pour une première expérience est assez exceptionnel, même s’il y a de grandes chances pour que le pilote isérois ne fasse pas la course. En effet, au 24H du Mans moto, l’équipage est composé de trois pilotes, le quatrième pilote est présent pour remplacer un des trois pilotes jusque dans les dernières minutes avant le départ. Passé celui-ci, peu importe le scénario de la course, le 4e pilote ne pourra pas intervenir en prenant la place d’un de ses coéquipiers. « Même si je ne roule pas, cette expérience sera très enrichissante pour moi, car je pourrais observer le travail d’un team professionnel, regarder la préparation des autres pilotes. Et personnellement, cela me permettra de découvrir la course en endurance, le pilotage de nuit par exemple, ce sera aussi l’occasion pour moi de m’imprégner de cette atmosphère si particulière de la course mancelle. Après, tout s’est fait dans la précipitation, je ne vais donc pas du tout me stresser, je ne vais pas m’affoler ou me mettre trop de pression. »

Une pression qu’auront par contre ses coéquipiers puisque l’objectif du team manager est clair : terminer dans les cinq premiers de leur catégorie superstock. « Je vais me concentrer pour apprendre et emmagasiner le plus d’informations possible, tout en profitant du moment. Si je laisse une bonne impression dans ma volonté de les aider à atteindre leur objectif, je pourrai peut-être faire d’autres piges pour d’autres courses du championnat d’endurance. Mais je vais me concentrer sur mon apprentissage, déjà en roulant lors des essais le jeudi ce qui me permettra également de découvrir la moto de l’équipe : une Suzuki GSXR 1000, que je n’ai jamais pilotée. »

Ce lundi 15 avril, Florian Pelegrin prendra la route, direction Le Mans et son circuit Bugatti pour vivre une course et une expérience exceptionnelle que tout amateur de sport mécanique rêve d’expérimenter un jour. C’est sur le circuit Bugatti que sera donné samedi 21 avril à 15 heures le départ de la 42e édition des 24H du Mans moto où 60 concurrents au guidon des plus grands constructeurs : Kawasaki, Suzuki, Yamaha, BMW tenteront en deux tours d’horloge de détrôner dans la catégorie reine, le vainqueur en titre : Honda.

Vous pourrez peut-être apercevoir durant ces 24 heures, le pilote Saint-Gervaisien sur les chaînes d’Eurosport et l’Équipe qui diffuseront dans sa quasi-intégralité la course mancelle.

Aurélie Amieux

0 commentaires

Envoyer un commentaire