Cinq Catalans emprisonnés entrent au parlement espagnol

Par AFP | Publié le 21 mai 2019 à 07h40 | Vu 109 fois
Cinq Catalans emprisonnés entrent au parlement espagnol
Composition du Parlement espagnol - © AFP

Cinq indépendantistes catalans, élus lors des dernières législatives, vont être autorisés à sortir quelques heures de prison mardi pour prêter serment lors de la session inaugurale du parlement espagnol.

Oriol Junqueras, Jordi Sanchez, Jordi Turull, Josep Rull et Raül Romeva ont été élus députés pour les quatre premiers et sénateur pour le dernier lors des élections du 28 avril qui ont vu le chef du gouvernement socialiste sortant, Pedro Sanchez, arriver en tête.

Emprisonnés depuis plus d'un an, ils ont obtenu lundi une première permission de la Cour suprême, qui les juge depuis février pour avoir tenté de faire sécession de l'Espagne en octobre 2017, pour s'enregistrer à la Chambre des députés et au Sénat.

Et ils pourront de nouveau sortir mardi, le temps d'assister à partir de 10h00 (08h00 GMT) à la session inaugurale où doivent être élus entre autres les présidents et les bureaux des deux assemblées.

Encadrés par la police, les cinq nouveaux élus devront entre autres mardi jurer de respecter la Constitution espagnole, celle-là même qu'ils sont accusés d'avoir violée dans leur marche vers l'indépendance.

"On veut nous faire taire et nous marginaliser, et les urnes nous ont redonné voix", s'est félicité Oriol Junqueras, président du parti Gauche républicaine de Catalogne (ERC) et ancien vice-président du gouvernement régional catalan, dans une interview écrite avec l'AFP depuis sa prison.

M. Junqueras est également candidat d'ERC aux européennes dimanche. Depuis 2017, les séparatistes placent en tête de liste leurs dirigeants en détention ou exilés, comme l'ancien président régional Carles Puigdemont, pour dénoncer leur situation ou tenter de les faire libérer.

Les conservateurs du Parti populaire (PP) et les libéraux de Ciudadanos ont annoncé leur intention de déposer des recours pour priver les indépendantistes de leur siège.

"La démocratie espagnole doit aussi être défendue hors des tribunaux face à ceux qui veulent en finir avec elle", a justifié le leader du PP, Pablo Casado.

Les deux chambres seront chargées de trancher la question de l'éventuelle suspension de ces cinq élus actuellement jugés et incarcérés.

- Dur dialogue -

La Cour suprême a refusé de mettre fin à leur détention provisoire comme le réclamaient les avocats des cinq indépendantistes, estimant que leurs droits à la liberté d'expression et d'opinion n'étaient pas compromis.

Et elle a souligné que l'autorisation de sortie accordée mardi était "exceptionnelle", sans se prononcer explicitement sur la possibilité de leur en accorder d'autres pour assister aux sessions parlementaires.

Ce qui pourrait avoir de lourdes conséquences politiques pour Pedro Sanchez, qui a remporté les élections sans majorité absolue.

Si les députés indépendantistes en détention ne peuvent pas voter le jour de son investiture, leur vote sera alors assimilé à une abstention, ce qui abaissera automatiquement le seuil de la majorité. M. Sanchez n'aura alors pas besoin des partis séparatistes catalans pour être réélu à la tête du gouvernement espagnol.

Un an et demi après la tentative de sécession de la Catalogne, la pire crise politique qu'ait vécu l'Espagne en quarante ans de démocratie, le dossier reste explosif.

Pedro Sanchez, qui a renversé en juin 2018 le conservateur Mariano Rajoy, parie sur le "dialogue" avec les Catalans malgré les difficultés. La droite continue elle de tirer à boulets rouges sur ses tentatives de rapprochement, réclamant la suspension de l'autonomie de la Catalogne, toujours dirigée par les séparatistes.

Ces derniers, qui considèrent leurs dirigeants emprisonnés comme des "prisonniers politiques", soufflent le chaud et le froid.

ERC se dit ouvert à négocier mais persiste à réclamer un référendum d'autodétermination, condition inacceptable pour Madrid, et a empêché l'élection au Sénat du socialiste catalan Miquel Iceta, premier choix de Pedro Sanchez pour présider la chambre haute.

En réponse, le ministre des Affaires étrangères Josep Borrell, qui est Catalan, a fustigé leur "attitude totalitaire" et leur "sectarisme". Pendant que les socialistes proposaient non plus un, mais deux Catalans pour présider les deux chambres: le philosophe Manuel Cruz pour le Sénat et la ministre chargée des relations avec les régions Meritxell Batet pour la chambre des députés.

0 commentaires

Envoyer un commentaire