Les jardins de l’Arthaudière : un appel à la contemplation

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 05 juin 2019 à 07h00 | Vu 610 fois
Les jardins de l’Arthaudière : un appel à la contemplation
Le château de l’Arthaudière et ses jardins d’inspiration Renaissance sont un petit bout d’Italie en Isère. - © Aurélie Amieux

Le château de l’Arthaudière, à Saint-Bonnet-de-Chavagne, est l'un des rares témoins de l’architecture Renaissance en Isère. Chaque remaniement architectural a marqué de son empreinte l’édifice classé au titre des Monuments historiques en 1991. Outre le château, le domaine comporte également des jardins aux collections exceptionnelles, dans l'esprit des jardins à l’italienne. Dans le cadre de l’opération nationale Rendez-vous aux jardins, les 8 et 9 juin, découvrez la beauté des terrasses du château de l’Arthaudière, entretenues par l’association Les Amis de l’Arthaudière, créée en 2000.

Parfaite incarnation des jardins de la Renaissance italienne, ceux de l’Arthaudière ont la particularité d’être carrés, clos par des murs de pierres et réalisés selon deux axes : nord-sud / ouest-est convergeant vers le Vercors. En libre accès, les jardins peuvent s’admirer tout au long de l’année, mais surtout, ils peuvent « se sentir », car, grâce aux jardiniers de l’association Les Amis de l’Arthaudière, ils cachent une remarquable collection de sauges. Ainsi, plus de 200 espèces venues du monde entier, poussent au pied des murets des trois terrasses. Gilberte Vivet, l’une des bénévoles de l’association en charge des jardins, dévoile quelques secrets de « ses » jardins : « Durant les guerres d’Italie (1494-1559), les nobles français, lorsqu’ils allaient guerroyer chez nos voisins transalpins, se sont beaucoup inspirés de leurs architectures. C’est ainsi qu’à Saint-Bonnet-de-Chavagne, il a été décidé de détruire l’une des façades du château, une maison forte construite au Moyen Âge et qui a appartenu aux familles Arthaud, de La Porte et de Marcieu, afin de laisser place à une large ouverture donnant sur les "futurs" jardins en terrasses. Aujourd’hui, c’est cet esprit de Renaissance italienne, typique de la région de Florence, que nous essayons d’insuffler aux jardins, grâce par exemple à la collection de sauges. »

Une collection de sauges d’exception

Considérée sous l’Antiquité et au Moyen Âge comme une plante aux nombreuses vertus médicinales, la sauge peut prendre plusieurs apparences, formes et parfums. En flânant dans le domaine, en touchant quelques feuilles de ces plantes au gré de vos déambulations, vous pourrez avoir la sensation, rien qu’au parfum, d’avoir entre vos mains un ananas, une salade de fruits exotiques, du caramel ou bien encore un bouquet de lavande. La nature est pleine de surprises et pour donner l’opportunité au public d’apprécier toutes les richesses de la sauge, les Amis de l’Arthaudière sont partis en quête des espèces rares en effectuant un important travail de recherches. « En France, il y a seulement trois producteurs spécialisés dans la sauge. Aujourd’hui, nous avons déjà planté toutes leurs variétés. Nous avons donc dû nous diriger vers des producteurs italiens, dont un en particulier qui possède plus de 400 espèces », explique Gilberte Vivet.

C’est cette abondance de variétés qui attire les nombreux visiteurs qui se pressent au domaine en tant que simples amoureux de la nature ou experts en botanique. Véritable tableau peint tout au long de l’année par leurs jardiniers, les jardins de l’Arthaudière, dont la beauté est la plus appréciable au mois de septembre, prennent des couleurs et des tons différents à chaque saison, révélant à chaque fois une nouveauté. Les sauges se marient ainsi parfaitement aux rosiers d’Alain Voinchet, aux géraniums vivaces ou aux hellébores et hortensias

En quête des signes caractéristiques de la Renaissance

Échelonnés sur trois terrasses : cour d’honneur, intermédiaire et inférieure, les jardins invitent à la déambulation, notamment sous les feuillages de l’allée d’arbres fruitiers au centre, ou auprès du clos des senteurs, de forme octogonale pour rappeler la Renaissance, comme le souligne Gilberte Vivet : « Ce choix géométrique nous a paru évident, car il fait écho à la tour octogonale du château, aux huit arches de la galerie et au bassin octogonal de la terrasse inférieure. Le chiffre huit étant celui de l’équilibre cosmique. Nous avons composé ce massif avec une collection de plantes aromatiques (thym, origan et sarriette), qui s’épanouissent au pied d’un grand rosier arbuste. »

En accès libre, les jardins peuvent également être appréciés à l’occasion de visites guidées organisées par les Amis de l’Arthaudière ou lors de manifestations nationales et culturelles telles que Les Journées du patrimoine ou Rendez-vous aux jardins. Une occasion pour les bénévoles d’expliquer les origines des différentes espèces, dont la majorité est mellifère ou nectarifère, ce qui confère aux jardins le statut de grand laboratoire à ciel ouvert pour expliquer le processus de pollinisation, un moment toujours très apprécié des jeunes enfants.

Lieu méconnu et pourtant chargé d’histoire, le château de l’Arthaudière et ses jardins ont encore de nombreux secrets à dévoiler aux visiteurs qui sauront prendre le temps, ces 8 et 9 juin, ou tout au long de l’année, de faire une halte au cœur de cette place forte faisant face au Vercors, sur les hauteurs de Saint-Bonnet-de-Chavagne.

+ D’infos : Château de l’Arthaudière et ses jardins, Rendez-vous aux jardins, samedi 8 et dimanche 9 juin, de 13 h 30 à 19 h. Accès libre aux jardins et aux extérieurs toute l’année, expositions permanentes et temporaires selon les horaires d’ouverture, de juin à septembre. Pour organiser une visite guidée, contactez les Amis de l’Arthaudière au 04 73 38 63 88 ou à : contact@chateau-arthaudiere.com

0 commentaires

Envoyer un commentaire