À l'AS Versau, l'avenir se joue au féminin

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 17 juin 2019 à 00h00 | Vu 478 fois
À l'AS Versau, l'avenir se joue au féminin
La section féminine versalienne espère pour la saison prochaine la venue de nouvelles joueuses pour renforcer ses effectifs. - © Aurélie Amieux

Depuis le 7 juin, la France accueille la coupe du monde féminine de football. Un événement mondial qui permet de braquer un peu plus que d’accoutumée les regards sur le football féminin qui peine à sortir de l’ombre de son homologue masculin. Si l’équipe nationale et certaines équipes de grands clubs français parviennent à sortir leur épingle du jeu, qu’en est-il à l’échelle locale pour des structures comme l’AS Versau ?

Le football féminin est ancré dans l’ADN du club versa-lien qui a toujours compté dans ses rangs une équipe seniors. Mais, même si cela a toujours fait partie de son histoire, pour de nombreuses raisons, être chaque saison au départ du championnat reste un challenge à relever pour l’AS Versau. Lionel Savalle, vice-président du club et référent de la section féminine, explique : « Nous en avons conscience, le football féminin comprend de nombreuses contraintes qui freinent son évolution, à commencer par le règlement, ainsi que le championnat qui est bien trop long, étalé sur 10 mois et dont les matches se disputent les dimanches matin. L’autre difficulté que nous pouvons citer est la complexité du recrutement, nous empêchant d’avoir un effectif conséquent et régulier. »

La formation des féminines, un aspect à ne pas négliger

Une raison peut être avancée pour expliquer cette difficulté, celle du vide qui existe entre l’école de foot et les catégories supérieures auxquelles ont accès les féminines. En effet, aujourd’hui, dans la majorité des clubs amateurs, les filles peuvent jouer avec leurs camarades masculins jusqu’à 14 ans. Ensuite, elles doivent soit prendre leur mal en patience en attendant de pouvoir intégrer des équipes seniors à leurs 18 ans, soit renoncer définitivement à jouer au football. À l’AS Versau, les féminines ont la chance de pouvoir trouver un premier point de chute avec l’équipe des U18, qui leur permet de se remettre dans le bain et de se perfectionner en travaillant leur technique, ainsi que leur physique. « En U18, nous effectuons un important travail de formation car ce sont souvent des débutantes ou des filles qui n’ont pas pratiqué depuis longtemps qui composent le groupe. C’est une phase qu’il ne faut pas négliger si on ne veut pas les décourager. Si on rate cette étape, beaucoup risquent de lâcher en cours de saison », révèle Patrice André, entraîneur des féminines versaliennes depuis trois ans. Même si le coach insiste sur l’inves-tissement et l’engagement de "ses" filles aux entraînements, aux matches et dans la vie du club, cela n’est pas le cas pour toutes. La motivation reste donc un facteur essentiel dans la réussite et l’ascension d’une équipe féminine, encore plus que chez les hommes. Idée que confirme Manon, jeune footballeuse, gardienne et capitaine de l’équipe versalienne : « Nos effectifs sont souvent à flux tendus, car des filles intègrent le groupe en début de saison, puis, en raison de l’exigence des entraînements, du travail, parfois des mauvaises conditions météo, des déplacements longs, elles lâchent l’équipe. Mais à l’AS Versau, notre force est d’avoir un noyau dur de passionnées, amoureuses du ballon, du football, qui aiment jouer le dimanche et se retrouver pour les séances de préparation. Surtout, à l’AS Versau, le fait que nous soyons soutenues par les dirigeants et les autres équipes joue énormément sur notre motivation. »

Dépasser les conflits de clocher pour le foot féminin

Actuellement, le club versalien, pour atteindre ses objectifs de la saison prochaine, à savoir se maintenir en district et élever son niveau, doit renforcer certains postes. Si le recrutement est compliqué par le manque de candidates, il l’est également à cause des joueuses elles-mêmes, qui confient préférer ne plus pratiquer le football plutôt que d’aller jouer sous les couleurs d’un club voisin, néanmoins adverse. Des conflits de clocher qui, à l’échelle locale, rendent la « survie » des équipes féminines plus qu’incertaine. Pour Lionel Savalle, la solution est pourtant évidente : il faut réaliser des groupements. Il précise sa pensée : « Pour l’instant, le football féminin est caché par le football masculin parce qu’il a plus de licenciés et parce que le niveau est bien plus élevé. Mais sur notre zone, à l’instar d’Artas ou de Voiron, si nous créons un pôle féminin permettant aux filles de jouer de l’école de foot aux seniors en passant par toutes les catégories intermédiaires, et à concilier le foot avec leurs études, automatiquement, tout va parfaitement se structurer. Les équipes auront les effectifs et le niveau va s’élever, offrant la possibilité aux féminines de tenter la montée en Ligue 2. Dans l’intérêt du foot féminin, il est essentiel de ne pas rester chacun dans son coin. » Une volonté de faire évoluer les mentalités que Manon, la capitaine, rejoint : « Si on veut que notre sport évolue, il faut que nous-mêmes, les joueuses, on évolue en privilégiant l’intérêt de notre sport. L’important est de jouer à un bon niveau. Pour cela, nous devons être en concurrence sur nos postes respectifs, car cela crée une émulsion positive, l’envie d’être meilleure. Sans concurrence, nous ne pouvons pas atteindre tout cela. » Et pour générer cette concurrence, il faut dépasser les guerres de clocher et prendre l’initiative de privilégier le jeu. Un cap que pourrait franchir l’AS Versau cette année, s’il parvient à faire un recrutement de qualité et efficace, comme le décrit Patrice André : « Il faut apporter un jeu de qualité à des postes clés. Il ne faut pas recruter pour dire de recruter, car si on fait cela, on risque de mettre en péril l’équilibre du collectif. »
Un collectif qui pourra se retrouver et se renforcer lors de la rencontre opposant le Canada à la Nouvelle-Zélande, qui s'est déroulé ce dimanche 15 juin au stade des Alpes à Grenoble, et auquel les Versaliennes ont été conviées par la Ligue de football. Quatre-vingt-dix minutes de grand football mondial qui en aura, qui sait…  inspirer quelques-unes.

+ D’infos : L’AS Verseau recrute pour sa section féminine des joueuses de 14 ans à seniors. Des séances découverte et test sont organisées les mercredis de 19 h 15 à 21 h au stade de Saint-Vérand. Renseignements complémentaires auprès de Patrice André au 06 11 20 40 63 ou de Lionel Savalle au 06 79 82 29 20.

0 commentaires

Envoyer un commentaire