Chantiers de jeunes : l'intercommunalité augmente la voilure

Par Stéphane Perrin | Publié le 03 juillet 2019 à 07h00 | Modifié le 03 juillet 2019 à 10h52 | Vu 259 fois
Chantiers de jeunes : l'intercommunalité augmente la voilure
Cette semaine, un groupe de 16-17 ans du territoire travaille au pôle multiservices de Saint-Romans. - © DR

Devant les difficultés à trouver un emploi saisonnier lorsque l’on n’est pas majeur, Saint-Marcellin Vercors Isère communauté a mis en place un troisième chantier pour les 16-17 ans cet été. Les dix-huit places sont toutes pourvues, synonymes de première expérience professionnelle tout en se rendant utile à la collectivité.

Ils étaient huit heureux élus l’été dernier, ils sont dix-huit à avoir été retenus cette année. «Compte tenu de la difficulté de ceux qui ne sont pas majeurs à trouver un emploi saisonnier dans le privé pendant les vacances, la collectivité a décidé d’ouvrir un troisième chantier de jeunes au mois de juillet», souligne Dominique Uni, vice-présidente chargée de l’enfance-jeunesse à Saint-Marcellin Vercors Isère communauté (Smvic). 

La demande est importante, le double de candidatures ayant été reçues. L’élue précise : «Nous avons ciblé les 16-17 ans, en veillant à respecter une certaine diversité géographique et un équilibre entre filles et garçons.»


Une première expérience du monde du travail

Du lundi 1er au jeudi 7 juillet, deux groupes de six adolescent vivent, pour la plupart, leur première expérience du monde du travail. Un premier CDD de 20 heures, réparties sur quatre jours. Si la principale motivation demeure de gagner un peu d’argent pendant les vacances, ces jeunes payés au Smic ont aussi la fierté de se rendre utiles à la collectivité. Le responsable du service jeunesse, Sébastien Aguesse, souligne : «Le premier chantier est vraiment concret, puisqu’il s’agit de réaliser une table en bois et des bancs de pique-nique au pôle multiservices de Saint-Romans. C’est du mobilier que les enfants de l’accueil de loisirs utiliseront par la suite. Ça donne du sens à l’investissement des ados.» Au-delà, encadrés par un agent technique, les jeunes apprendront à bricoler, à manier des outils... 

Une dimension éducative  et environnementale

Le volet éducatif est essentiel dans l’esprit des élus, au même titre que d’avoir demandé une lettre de motivation en bonne et due forme pour candidater. «Cet exercice leur servira forcément pour plus tard», indique Dominique Uni.

Durant la même période, six autres ados enrichissent leur CV sur un autre chantier, qui consiste à nettoyer les berges d’une rivière du côté de Chevrières. La vice-présidente relève : «La préservation de l’environnement est un sujet qui s’inscrit pleinement dans notre politique éducative, que ce soit pour ces jobs d’été ou les activités de loisirs.» Dans la même veine, un troisième groupe sera amené à construire des nichoirs à oiseaux et des cabanes à insectes à Vinay, du 8 au 12 juillet.

Si la durée du contrat de travail peut sembler un peu courte, ces quatre jours sont intenses. De fait, ils sont aussi mis à profit pour apprendre des valeurs fortes comme l’importance du travail en équipe, le respect des horaires, le sens de l’effort... 

Déjà, afin d’appréhender pleinement les subtilités administratives du marché de l’emploi, l’intercommunalité avait prévu la semaine dernière une séance d’explication du contrat de travail avec le service des ressources humaines. Un document incontournable qui donne des droits. Mais aussi des devoirs.

Stéphane Perrin

0 commentaires

Envoyer un commentaire