Trophée Paris-Pékin : un dernier défi de taille pour René et Frédérique Achard

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 05 juillet 2019 à 14h30 | Modifié le 05 juillet 2019 à 15h22 | Vu 728 fois
Trophée Paris-Pékin : un dernier défi de taille pour René et Frédérique Achard
C’est avec beaucoup de joie que René Achard va relever son dernier rallye-raid, car c’est aux côtés de sa fille qu’il va parcourir les 12 000 km. - © AURELIE AMIEUX

Baroudeur, compétiteur, passionné, René Achard a les sports méca-niques chevillés au corps depuis son plus jeune âge, et surtout cette Simca 1 000 « trafiquée » qui lui a donné ses premières sensations de pilotage. Le 7 juillet, le Voironnais partira de Paris aux côtés de sa fille Frédérique au volant de sa Volkswagen Golf 1 GTI, préparée par le garage saint-marcellinois l’Isle aux autos d’Élisabeth et Jean-François Rougeon, pour un raid de plus de 12 000 km jusqu’à Pékin et sur les routes polonaises, russes, mongoles, chinoises…

Un amoureux de l’aventure et de la compétition
Ce raid en famille sera probablement le dernier pour cet amoureux des belles mécaniques et des challenges toujours plus extrêmes les uns que les autres. Il raconte : « Depuis que je suis sorti de l’école, j’aime courir et faire de la mécanique. J’allais également voir le Monte-Carlo passer près de chez moi. C’est comme cela que je suis venu à la compétition avec ma Simca 1 000. Mes parents n’appréciant pas de me voir courir, je concourais sous le pseudonyme de Fred, prénom que j’ai ensuite logiquement donné à ma fille. Plus tard, j’ai été pilote BMW et grâce à ces derniers, j’ai piloté sur des manches du championnat du monde des rallyes comme la Fin-lande ou la Grèce. »
Toujours dans la perspective de battre le chrono, de remporter une épreuve, de se prouver à lui-même sa force de succès, René Achard s’est attaqué après l’automobile aux deux-roues, en tentant l’aventure dans les raids-motards et en parcourant des milliers de kilomètres autour du globe. Avec cette expérience unique d’un raid en Harley-Davidson sur les pistes du Paris-Dakar : « L’Argentine, le Pérou, le Chili, l’Australie, l’Afrique, font partie de ces pays ou continents que j’ai traversés au guidon de ma moto pour de grands raids exceptionnels. J’ai arrêté ce genre d’aventure il y a seulement deux ans, l’âge et la fatigue aidant un peu… »

Rallier Pékin dans le Top 10
Cette contrainte physique, le Voironnais devrait la retrouver sur les routes de cette 3e édition du Trophée Paris-Pékin en voitures anciennes, qui s’annonce dure et longue comme il le révèle : « Tout au long du parcours, de fortes chaleurs sont annoncées. S’il fait 35 °C à l’extérieur, on peut doubler le chiffre dans l’habitacle. D’autant plus avec ces voitures typées course. Tout a été fait pour réduire au maximum la consommation de la batterie et la perte de vitesse, donc, nous avons supprimé les options superflues comme la ventilation. Cela reste une course, qui plus est difficile, nous n’avons pas le temps de profiter du paysage. Cela sera sûrement mon dernier raid, alors je suis d’autant plus heureux de le faire aux côtés de ma fille Frédérique ! » Sa fille qui lui a fait cette touchante surprise qu’il confie : « En janvier, l’année dernière, je lui ai annoncé que je souhaitais participer au Trophée Paris-Pékin. Instantanément, elle s’est proposée pour être mon copilote, et ce avant même d’en avoir parlé à sa famille. J’ai été très heureux de sa décision, elle possède d’ailleurs de grandes qualités de pilotage, elle lie bien les trajectoires, anticipe bien et elle est prudente. Elle pourra ainsi prendre le relais sur les portions les plus roulantes du raid. »
Du 7 juillet au 11 août, l’équipage n° 10 de René Achard et sa fille Frédérique, au volant de leur Golf GTI de 1983, traversera l’Eurasie et tentera de classer sa Youngtimer dans le Top 10. Malgré ce qui fait la beauté du sport et particulièrement des sports mécaniques : le hasard.

Aurélie Amieux

COUPS DE CŒUR…

René Achard, ses coups de cœur autos - motos
En auto, je dirais les Morgan, qui, par leur look « décapotable », sont pour moi synonymes de liberté. J’apprécie également beaucoup les Porsche. En moto, j’ai été président du chapter de Grenoble durant six années, je dirais donc les Harley-Davidson et plus particulièrement la V-Rod, qui est une moto aux courbes très sportives.

0 commentaires

Envoyer un commentaire