Médiévale : les troubadours vont investir Saint-Antoine-l’Abbaye

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 09 août 2019 à 07h00 | Vu 268 fois
Médiévale : les troubadours vont investir Saint-Antoine-l’Abbaye
Au campement de La Médiévale, les visiteurs pourront assister à des tournois et des démonstrations de combats. - © Aurélie Amieux

Le Moyen Âge, avec ses damoiselles et damoiseaux, ses chevaliers et ses croisades, est aussi le temps des troubadours. Des poètes lyriques qui offrent un autre regard sur cette époque et qui, à l’image de la Cie des Univers perchés de Bergol ou de Luc Arbogast, tous deux présents, seront mis à l’honneur lors de la 12e édition de La Médiévale de Saint-Antoine-l’Abbaye, les 10 et 11 août.

Marchands, saltimbanques, écuyers, chevaliers, cracheurs de feu, princesses... Tous seront présents samedi?10 et dimanche 11 août pour animer les ruelles et la Grande Cour de Saint-Antoine-l’Abbaye lors de la 12e Médiévale. Parmi les troubadours, en majorité des troupes locales, la compagnie Les Univers perchés de Bergol ravira par ses facéties petits et grands. Sachez que ces trois vieux sorciers des « bouois » puisent leur force et leur magie au cœur du royaume des fées et des lutins, mais aussi du public, avec lequel ils jouent avec complicité.

Déambulations complices avec Les Univers perchés de Bergol

Compagnie familiale saint-marcellinoise, la troupe des Univers perchés de Bergol se compose de Bergol, bien sûr, joué par Bruno Meunier, et de sa femme, un peu clown, interprétée par Sylvaine Abric. Une petite dernière a intégré le cercle : Ambre. Tous les trois déambuleront dans les ruelles du village au gré des rencontres, à la recherche d’un regard, d’une attitude qui sera la genèse d’une future complicité avec le public. Avec une petite saynète en prime. Bruno Meunier revient sur la nature et l’essence de sa compagnie : « Ce que nous proposons, c’est du théâtre complice, autrement dit, avec de la bienveillance. Tels des sorciers, par notre magie, nous amenons les gens à jouer avec nous. Ce qui nous autorise une grande part d’improvisation. En tant qu’artistes, nous avons des codes d’improvisation, mais cela ne nous empêche pas de rester vigilants aux attitudes et aux mouvements, afin de rebondir sur les réactions du public. Nous sommes en quelque sorte des opportunistes, pour qui chaque endroit, lieu ou scène est une chance d’associer les spectateurs à leur création, en les invitant à dépasser leurs compétences, à sortir de leur zone de confort et à s’approprier le moment. Nous sommes, on peut le dire, des sorciers exorcistes. »

Autour de leurs tours de magie et de leur charrette garnie d’élixirs, les sorciers de la compagnie saint-marcellinoise, dont le physique pourra en surprendre plus d’un, vont donc accompagner les visiteurs dans leur voyage au cœur du Moyen Âge.

Cette fête médiévale, l’association organisatrice, Saint-Antoine développement, l’a voulue une nouvelle fois grandiose par la diversité du spectacle proposé. Musiques, animations de rue, campements, jeux, artisans, et taverne donneront l’occasion de remonter le temps durant deux jours, histoire de (re)découvrir les arts, les savoir-faire et les modes de vie médiévaux.

Entre poésie et onirisme

Une vingtaine de compagnies proposeront ainsi des spectacles ou des démonstrations, à l’instar des bâtisseurs médiévaux de Pascal Waringo. Toutes accompagneront le public jusqu’au grand soir, c’est-à-dire le concert pyrotechnique de Luc Arbogast, dont la première partie sera assurée par Les Tanneurs de Drac. L’artiste, déjà vu lors de La Médiévale 2013, a souhaité revenir pour présenter un nouvel album.

Poésie et onirisme seront au rendez-vous de cette 12e édition de La Médiévale de Saint-Antoine-l’Abbaye. Le thème, « Au temps des troubadours », invite à entrer dans la ronde aux sons des tambourins, flûtes et autres citoles, violes et guitares.

Aurélie Amieux

+ D’infos : La Médiévale de Saint-Antoine-l’Abbaye, les 10 et 11 août de 13 h à minuit.
Tarifs : à partir de 14 ans : 15 €, de 6 à 13 ans : 10 €, gratuit pour les moins de 5 ans.

0 commentaires

Envoyer un commentaire