V63 : une voie royale en direction de Valence et de la Via Rhôna

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 24 août 2019 à 07h00 | Vu 656 fois
V63 : une voie royale en direction de Valence et de la Via Rhôna
Au Grand Séchoir, les amoureux de la petite reine pourront partir à la découverte du Sud-Grésivaudan et de ses sites touristiques en toute sécurité. - © DR

L’Isère, sa faune, sa flore, son patrimoine, ses montagnes. C’est un soupçon de toute cette richesse que donne à apprécier la véloroute de la vallée de l’Isère, la V63 dont 32 km arpentent les routes du Sud-Grésivaudan entre Saint-Quentin-sur-Isère et Saint-Hilaire-du-Rosier. Sur le parcours de cette V63, le Grand Séchoir à Vinay a récemment été labellisé Accueil vélo pour recevoir et conseiller les cyclotouristes de passage.

Afin de répondre à une volonté politique nationale de faire de la France d’ici 2030 une terre de vélo comme le rappelle Chantal Carlioz, présidente d’Isère Tourisme, les Départements ont investi pour développer les voies vertes. En Isère, cet investissement s’est porté à deux millions d’euros pour aménager la V63, dont 57 % du tracé se situe sur le territoire isérois. Un pourcentage conséquent qui a incité le département et les différentes institutions partenaires à s’engager dans divers projets pour le développement touristique des voies vertes.

Proposer un tourisme de service via la V63

La présidente d’Isère Tourisme, précise : « La V63 qui relie la Savoie à la Drôme, est un itinéraire alternatif à la Via Rhôna qui comporte quelques passages compliqués entre Lyon et Valence. À Isère Tourisme, nous réfléchissons à diverses initiatives autour de la notion de service. Ainsi, nous allons d’ici la fin de l’année, proposer une carte nationale des voies vertes qui référencera les services disponibles. Notre priorité est de "mettre en tourisme" la V63, autrement dit, offrir tout au long de la voie un service de qualité, en installant des sanitaires, des points de repos, des bases de pique-nique… » Ou encore des consignes à vélos et des bornes de recharge à l’image de celles mises à disposition par le Grand Séchoir à Vinay, labellisé Accueil vélo. Amandine Simorre, conseillère en séjour au sein du musée, revient sur l’obtention de cette appellation nationale : « La V63 passe au pied de notre site, en tant qu’institution touristique, cela nous a paru logique de proposer un service d’accueil aux utilisateurs de la voie verte. C’est pourquoi nous nous sommes positionnés pour obtenir le label. Pour cela, il nous fallait remplir plusieurs critères : être à moins de 5 km de la véloroute, être ouvert plus de 45 jours pendant la période estivale, mettre à disposition des cyclistes des cartes, de la documentation touristique, un parc de stationnement, des sanitaires, des kits de réparation… Avec l’installation de notre consigne à vélos début juillet, nous avons coché toutes les cases. »

Le Grand Séchoir labellisé Accueil vélo

Ainsi, les cyclotouristes ou les familles pourront faire une escale culturelle et/ou gastronomique au pays de la noix et du saint-marcellin en toute sécurité grâce aux dix box à vélos et aux quatre bornes de recharge présentes dans le parc du Grand Séchoir. Nelly Puaux, chargée de développement des publics au musée, explique leur fonctionnement : « Tout est en accès libre, les cyclistes peuvent venir, ranger directement leurs vélos dans le box, les laisser charger, ranger leurs sacs etc. Le tout étant verrouillé par un cadenas. S’ils n’en possèdent pas, ils peuvent se présenter à l’accueil du musée, nous leur en fournirons un. Les box sont gratuits, mais les bornes de recharge sont payantes, 1 €. L’idée avec cette consigne à vélos est d’ouvrir plus largement le territoire au tourisme en nous appuyant sur la V63 qui est une voie de qualité, agréable et accessible malgré sa "petite" côte. »

Une difficulté que confirme Denis Vitiel, représentant en Isère de l’AF3V (Association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes) : « La V63 a un seul gros défaut, c’est sa côte à plus de 5 % de dénivelé. Or, c’est au-dessus du maximum autorisé pour une voie verte. Hormis cette montée, le parcours est très accessible, car en longeant en grande partie l’Isère, il est majoritairement plat. Si on est tout de même trop fatigué, de nombreuses gares ferroviaires ponctuent la V63, permettant un retour plus tranquille. » Et, pour les plus frileux à l’idée de trop grimper ou pour les familles, une dernière alternative, très douce et en plein boom peut aussi être une solution pour se laisser porter au fil des paysages : le Vélo à assistance électrique (VAE). Pour Nelly Puaux, ce moyen de transport a la qualité de démocratiser le vélo et de renouer sans complexes avec sa pratique : « Le VAE est très prisé des familles et des seniors qui ne s’interdisent plus des randonnées sur le territoire, car il n’y a plus de notion de distance ou de fatigue. De plus, à divers points du parcours, à l’instar du Grand Séchoir, on trouve des bornes de recharge. »

Tout au long des quatre saisons, la V63 offre ainsi une belle échappée naturelle au rythme de l’Isère, du Vercors et des noyeraies au cœur du Sud-Grésivaudan. Seule une météo quelque peu capricieuse pourrait en refroidir quelques-uns, quoique…, le charme de la nature étant immuable.

Aurélie Amieux

0 commentaires

Envoyer un commentaire