L’Étoile antonine ou le foot village en résistance

Par Aurélie AMIEUX | Publié le 26 août 2019 à 00h00 | Vu 753 fois
L’Étoile antonine ou le foot village en résistance
Dimanche 8 septembre, le onze fanion de l'Étoile antonine va débuter sa troisième saison sans entraîneur à sa tête. - © DR

Le club de football de Saint-Antoine-l’Abbaye a vu le jour le 9 février 1929 sous le nom d’Étoile antonine, avant de devenir en 1971 l’USEA (Union sportive étoile antonine). L’irréductible club à l’âme villageoise, parvient à se maintenir à un bon niveau malgré les difficultés attenantes au statut de petite association. Explications avec Martine Vicat, qui préside le club depuis 2010.

• L’Union sportive étoile antonine s’est maintenue en D4 la saison dernière. Quel bilan tirez-vous de cette saison ?
Martine Vicat : Il est positif puisque notre onze fanion s’est maintenu malgré les nombreuses difficultés rencontrées. Le groupe est resté fidèle à l’esprit du club qui est une grande famille qui joue pour le plaisir, même si gagner reste le principal objectif. Notre football est vraiment un foot de village sans prise de tête et très convivial, le club offre d’ailleurs à chaque match à domicile un repas et le café à l’équipe visiteuse.

« Notre club est une grande famille »

• Il y a encore quelques années, l’Étoile antonine comptait plusieurs équipes, notamment chez les jeunes et les seniors. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, comment expliquez-vous ces changements ?
M.V. : C’est un peu la conséquence de l’évolution de notre société, les jeunes ont aujourd’hui pléthore d’activités sportives à leur disposition. Pour cette raison, les clubs ont beaucoup de mal à les fidéliser, ils se lassent vite. Le football n’est plus l’animation du village,le dimanche. Et puis, avoir des équipes jeunes nécessite d’avoir des encadrants, de faire des investissements.

• Pourquoi ne pas alors rejoindre une entente ou un groupement ?
M.V. : Nous ne sommes pas favorables à ces systèmes, car nous pensons qu’ils occultent l’identité singulière des clubs et donc de l’USEA. Avec un regroupement, on perdrait notre âme de club « vil-lage ». Mais, il est vrai que de plus en plus d’ententes ont été mises en place, pour des raisons notamment économiques, l’argent étant devenu un vrai problème au sein du sport amateur.

• Précédemment, vous avez évoqué les difficultés rencontrées par l’équipe seniors la saison dernière. Quelles étaient-elles ?
M.V. : Depuis deux ans, le onze fanion n’a plus d’entraîneur. Ce sont des joueurs de l’équipe, Alexis Vincent-Caboud et Pierrick Brenat qui assurent l’intérim en coachant leurs camarades. Mais cette situation est compliquée sportivement, car pour le bon développement technique de l’équipe, il lui faut un regard extérieur qui analyse les séances d’entraînements et les matches. Depuis deux ans, l’équipe tient grâce à la force du groupe : les joueurs sont très solidaires.

« C'est très compliqué aujourd'hui de trouver des entraîneurs »

• Quel profil de coach recherchez-vous ?
M.V. : Nous ne sommes pas exigeants : nous recherchons si possible une personne du territoire, qui surtout comprenne notre état d’esprit. Il faut aussi qu’elle ait de la poigne pour se faire respecter par l’équipe et au bord du terrain, face aux autres équipes. Mais, c’est très compliqué aujourd’hui de trouver un entraîneur, car c’est une fonction qui demande de l’investissement personnel. Et, certains candidats sont exigeants concernant leur rémunération, bien trop importante pour notre structure.

• À ce propos, comment parvenez-vous à assurer la trésorerie de l’Étoile antonine ?
M.V. : L’USEA n’a pas de subventions, mais la commune nous met à disposition des locaux, elle entretient le terrain et elle prend en charge la consommation d’eau et d’électricité du stade. Pour « la vie courante » du club, nous organisons diverses manifestations tout au long de l’année, comme la vente de calendriers, des soirées croziflette ou des concours de pétanque.

• Pour cette saison, que souhaitez-vous pour l’USEA ?
M.V. : Trouver un entraîneur, car notre volonté est de faire évoluer notre équipe seniors, en lui donnant un cadre et une nouvelle dynamique technique. Une démarche qui pourra peut-être attirer de nouveaux joueurs qui viendront s’ajouter aux six licenciés arrivés cette année.

Propos recueillis par Aurélie Amieux

+ D’infos : L’équipe seniors de l’Union sportive étoile antonine débutera son championnat en D4, poule C, le dimanche 8 septembre avec la réception à 15 h d’Ascol Foot 38.

0 commentaires

Envoyer un commentaire