Saint-Antoine : et la lumière fut...

Par Cécile Alibert | Publié le 04 décembre 2019 à 20h00 | Vu 827 fois
Saint-Antoine : et la lumière fut...
Si tous les projecteurs seront bien braqués sur la lumière, la musique ne sera pas en reste avec le Winston Band. - © DR

Nouvelle édition, nouvelle formule ! Finies les tentations, l’équipe de Rue Haute Productions parie cette année sur le Noël des lumières. Avec au menu, un spectacle mêlant éclairage et son, ainsi que la présence de musiciens, qui animeront Saint-Antoine-l’Abbaye, samedi 7 et dimanche 8 décembre.

Oubliez Lyon et sa fête légendaire. Samedi 7 et dimanche 8 décembre, Saint-Antoine-l’Abbaye entend concurrencer la capitale de la gastronomie avec son Noël des lumières. Deux jours de féerie où se côtoieront marché de producteurs, ménagerie, manège en bois, concert de musique classique... Sans compter la « grosse nouveauté » de cette édition 2019 : un spectacle son et lumière projeté dans la grande cour et sur la façade de l’église abbatiale.

« C’est une création complète, l’histoire de Saint-Antoine par le biais d’un enfant atteint du mal des ardents, explique l’auteur, Lilian Gérard. C’est un moyen d’aborder la période de la création de Saint-Antoine et le côté hospitalier du site, non pas comme un historien, mais avec une forme symbolique rendue possible à travers la maladie, qui permet au spectateur d’entrer dans un délire. » Dix-huit minutes que le conteur-musicien promet à la fois didactiques et divertissantes, tout comme les animations qu’il propo- sera dans le salon aux gypseries :« Ce seront des contes et des chants sur les thèmes de la forêt et d’animaux en quête de lumière. Il y a un volet écologique dans lequel l’animal va rechercher la lumière naturelle et laisser aux hommes les lumières polluantes. C’est destiné aux enfants avec une double lecture pour que les parents ne s’ennuient pas. »

Une entrée gratuite

Autre changement en 2019 : l’entrée sera gratuite, seuls les contes et le castelet de la Cie Fireman se monnaieront deux euros. « L’année dernière, nous réfléchissions au modèle économique à mettre en place. Ce n’est pas confortable pour le public de payer l’entrée, alors qu’il va aussi dépenser sur le marché de Noël. Mais il faut bien tester pour voir ce qui fonctionne », justifie Muriel Miclet, chargée de la communication chez Rue Haute Productions.

Basée à Saint-Antoine, cette structure de production et de diffusion d’événements artistiques organise pour la deuxième fois l’événement, en partenariat avec la mairie, l’office de tourisme et le musée. « Nous espérons attirer autant, voire plus de monde, que l’an passé (10 000 personnes, NDLR) et être à l’équilibre », ajoute Muriel Miclet. D’autant que les organisateurs ont également parié sur la présence de groupes pour animer le week-end. Des artistes locaux assureront ainsi le show samedi sous un chapiteau installé au milieu de la cour, avant de céder leur place le lendemain à la chanteuse Stéphanie Quastana et aux Canadiens du Winston Band. « La musique est notre ADN, conclut la responsable de la communication. Et puis, elle fait partie de l’esprit de Noël. » Car, après tout, c’est bien là le but ultime : « Se détacher d’un marché uniquement centré sur la consommation et repartir sur les valeurs traditionnelles de Noël ». Dont la lumière et la musique font partie.

+ D’infos : Noël des lumières, à Saint-Antoine-de-l’Abbaye, samedi 7 décembre (12 h - 20 h) et dimanche 8 décembre (10 h - 18 h). Entrée gratuite. 04 76 385 385.
Programme à retrouver sur la version papier du Mémo du 29 novembre 2019.

0 commentaires

Envoyer un commentaire