Vœux du maire : séquence émotion

Par Barbara Satre | Publié le 23 janvier 2020 à 09h55 | Modifié le 05 mars 2020 à 11h33 | Vu 1019 fois
Vœux du maire : séquence émotion
Jean-Michel Revol donnant son dernier discours des vœux devant son équipe municipale et plus de 300 personnes. - © Barbara Satre

Jean-Michel Revol, qui a décidé de tirer sa révérence, présentait ses derniers vœux à ses administrés vendredi 10 janvier. Son discours, chargé en émotion, a tenu la salle du Forum en haleine. Une page se tourne pour la vie publique locale… comme pour lui.

En entamant la dernière ligne droite de son dernier mandat de maire, Jean-Michel Revol a démarré la période des «dernières fois». Il y aura le dernier conseil municipal, la dernière réunion de service, la dernière inauguration sans doute… Mais avant, il y avait ses derniers vœux aux Saint-Marcellinois, vendredi 10 janvier au Forum.

Dans les coins de la salle sont placés les barnums de restauration. Au fond, une scène décorée de sapins où campe l’équipe municipale, devant un parterre de plus de 350 personnes. 350 bouches silencieuses, 350 regards fixes sur l’homme qui vient de s’installer au micro.

Jean-Michel Revol commence par un aveu : pour la première fois, il a tardé à écrire ses vœux, «non pas par "je-m’en-foutisme", mais parce que ce sont mes derniers vœux (...). Le plus difficile (...) n’est pas de savoir ce que je dois vous dire, mais plutôt de savoir ce que je dois renoncer à vous dire.»

Une année 2019 mouvementée

Le maire, qui va quitter ses fonctions au mois de mars, est revenu sur une mandature «d’une rare complexité» et une année 2019 «synonyme de Gilets jaunes (...), qui traduit des interrogations, des angoisses et une colère». Tout en pointant les contradictions et les dérapages du mouvement social, le maire en a rappelé la légitimité et réaffirmé son soutien aux forces de l’ordre et à la sécurité civile. De même, tout en mentionnant «le pouvoir de vivre dignement», il soulignait par exemple «qu’on ne peut sous-cotiser et attendre de grosses pensions». 

Certains y verront la volonté de rassembler, d’autres une façon de contenter tout le monde. Le discours semble hésiter avant de trouver sa sortie : «Oui, une meilleure répartition des richesses rendrait demain la France plus juste et la démocratie beaucoup plus forte.»

«Aimez la ville»

La salle, suspendue à ses paroles, est encore plus attentive lorsque le maire aborde les problématiques locales. Il rappelle les difficultés de gestion liées à la baisse des dotations de l’État, taclant au passage les élues démissionnaires : «À ceux qui pouvaient être sceptiques sur nos chances d’y arriver, nous avons répondu par du travail. En tout cas, en ne désertant pas l’équipe municipale !» Puis, dressant un premier bilan, Jean-Michel Revol souligne les atouts de la ville et les actions mises en place, «qui participent à (son) attractivité».

La fin du discours est proche et les mots commencent à trembler. Reprenant son élan, le maire confie : «Avec chacune des équipes que j’ai conduites, j’ai mis toute mon énergie, toute ma force. J’aurais voulu faire mieux encore, bousculer davantage les conservatismes et les égoïsmes.» La voix se brise sur ces dernières paroles : «Aimez la vie, aimez la ville, et faites la vivre longtemps !»

Barbara Satre

0 commentaires

Envoyer un commentaire