Le Covid-19 bouleverse les grands événements

Par Barbara Satre | Publié le 19 mars 2020 à 14h07 | Modifié le 25 mars 2020 à 09h06 | Vu 591 fois
Le Covid-19 bouleverse les grands événements
Un panneau d’affichage dans Saint-Marcellin rappelle les consignes du gouvernement. - © Barbara Satre

Petit retour en arrière... Dimanche 8 mars, le ministre de la Santé interdit les manifestations de plus de 1 000 personnes. Annulations et reports commencent à tomber. D’abord doucement, puis elles s’accumulent quand la préfecture de l’Isère précise cette consigne le 11 mars. Le jour même, cette déferlante touche le Sud-Grésivaudan. Très vite, les premières questions d’ordre financier et logistique se posent : décommander les intervenants, annuler (si possible) les commandes, et surtout, refixer rapidement un rendez-vous.

La Fête du saint-marcellin, l’une des plus emblématiques du territoire, devait se tenir le 5 avril. Cet événement, qui met à l’honneur le petit fromage, peut rassembler «3 000 à 4 000 personnes, (mais) en extérieur et réparties sur la journée», précisait Monique Vincent dans notre numéro précédent. Pour autant, avertissait la première adjointe de Saint-Marcellin : «Le risque que cet événement soit annulé à la dernière minute» et celui que «nos partenaires lancent des dépenses et qu’il n’y ait pas le nombre de visiteurs attendus» contraint la municipalité à le reporter.

«On s’en doutait»

Pour ses vingt ans, l’événement devait rassembler plus de cinquante exposants. L’un des partenaires, le Comité interprofessionnel pour le saint-marcellin (Cism) devait tenir un stand de vente de fromages. «On se doutait que ça allait arriver», confie Sylvie, animatrice sur l’événement, mais ce report l'interroge tout de même : «La Fête du saint-marcellin fait partie de notre plan de communication. Si elle est reportée, il n’est pas certain qu’on ait le même engouement autour.»

Le Salon du livre reporté

Les annonces gouvernementales n’ont pas surpris non plus Sandrine Margaillan, responsable de la médiathèque de Chatte, qui organise le Salon du livre de Saint-Marcellin : «Suite à l’annonce de l’annulation du Salon du livre de Paris (le 2 mars, NDLR), nous nous méfions. Son report (au mois d’octobre probablement, NDLR) impacte de nombreux partenaires, à commencer par les scolaires, qui devaient faire un travail pédagogique sur des auteurs.»

Des recettes en moins pour les associations

Jeudi 12 mars, le Président de la République annonce la fermeture de tous les établissements scolaires. Puis, le vendredi 13 mars, le premier ministre, Édouard Philippe, demande l’interdiction des événements de plus de 100 personnes. Une nouvelle salve d’annulations se déverse. Au printemps, le Sud-Grésivaudan concentre nombre de rencontres sportives. Leur report ou annulation soulève d’autres questions que décrit Sébastien Alexandre, président du club de triathlon de Saint Marcellin, qui a dû reporter le triathlon de son club au 11 octobre : «Les inscriptions et la buvette permettent de constituer une trésorerie. En 2019 par exemple, nous avons dégagé 8 000 euros pour régler nos frais de fonctionnement.»

Enfin, lorsqu’elles sont reportées, les manifestations tendent à se programmer cet automne… et pourraient se chevaucher.

(Retrouvez l'article complet dans la version papier de votre hebdo du 20 mars)

 

Barbara Satre

0 commentaires

Envoyer un commentaire