Archers de Claixwood : de l’art de décocher ses flèches en forêt

Par Florian Espalieu | Publié le 22 juillet 2020 à 17h00 | Vu 15 fois
Archers de Claixwood : de l’art de décocher ses flèches en forêt
Quelques volées de flèches sur les cibles d’entraînement pour s’échauffer, avant de descendre en forêt, sur des surfaces beaucoup moins régulières. - © Florian Espalieu

En raison des règles sanitaires, le tir à l’arc n’a pas pu reprendre… en intérieur. Par bonheur, le club des Archers de Claixwood s’entraîne aussi en forêt, à Izeron, le long de l’Isère. Ses activités ont repris quasi normalement dès le 11 mai. Reportage avec ces (presque) Robins des bois.

« Quand les cygnes s’envolent sur l’Isère, c’est magnifique », s’exclame France Calin, coprésidente des Archers de Claixwood. Le cadre est effectivement idyllique, à l’exception peut-être des moustiques. Mais ce n’est pas pour une simple balade que les cinq membres du club arpentent les chemins forestiers d’Izeron, en bord de rivière. Le parcours compte 24 cibles, disposées au cœur des bois sur plus d’un kilomètre. « Ce n’est jamais pareil, indique la coprésidente. Certaines sont en hauteur, d’autres en contrebas, il faut s’adapter. » D’autant que le sol est loin d’être régulier.
« Allez, respire bien, détends-toi », conseille France à Lison, une jeune adolescente du club. La flèche s’envole pour se nicher dans un sanglier en polystyrène situé une vingtaine de mètres plus loin. Un second projectile est tiré avec le même succès.

 

Des règles sanitaires plutôt simples à respecter
« Retirer les flèches est devenu plus compliqué avec le coronavirus, car nous ne pouvons plus toucher la cible, indique France Calin. Alors, on fait comme on peut en appuyant avec le genou si elles sont trop bien plantées. » Mis à part quelques précautions, les règles sanitaires n’ont pas changé grand-chose dans la pratique en extérieur : les arcs doivent simplement être désinfectés s’ils sont prêtés par le club, chacun doit garder ses flèches et les archers sont tenus de respecter une distance de deux mètres entre eux. De plus, les pelotons d’archers sont limités à quatre personnes. En revanche, le tir à l’arc n’était toujours pas possible en salle à Saint-Marcellin fin juin, faute de personnel pour désinfecter les gymnases, les agents municipaux ayant eu comme priorité les bâtiments scolaires.
Autre conséquence plus préjudiciable de l’épidémie : « Nous sommes devenus pauvres », sourit la coprésidente. En effet, l’événement phare du club, une compétition officielle rassemblant près de 150 archers fin juin, n’a pas pu avoir lieu. Pour la structure associative d’une soixantaine d’adhérents, qui existe depuis près de 25 ans, le manque à gagner se situe entre 1500 et 2500 euros. Une somme qui représente près de la moitié du budget annuel.
Jean-Louis Cassese, l’autre coprésident, tempère : « Nous n’avons pas de grosses dépenses, mais cette somme nous servait à remplacer les cibles. » Il faut compter de 50 à plus de 1000 euros pour les plus imposantes. « Certaines sont un peu fatiguées, mais elles tiendront bien un an de plus », annonce-t-il.

Informations pratiques
- Créé en septembre 1995
- 60 adhérents
- Tir à l’arc en intérieur à la salle Micoud-Tardy (rue du Docteur-Carrier), à Saint-Marcellin, ou en extérieur sur le parcours d’Izeron pour du tir nature (cibles en papier) ou 3D (cibles en polystyrène).
archersdeclaixwood@gmail.com
www.archersclaixwood.e-monsite.com
06 64 54 35 93

0 commentaires

Envoyer un commentaire