Saint-Sauveur : Le Perron proteste contre la suppression de postes de nuit

Publié le 24 décembre 2014 à 11h05 | Vu 1041 fois
Saint-Sauveur 
: Le Perron proteste contre la suppression de postes de nuit

Lundi 1er décembre, une centaine de salariés, accompagnés de résidents et de salariés d'autres établissements similaires, a manifesté pour préserver ses trois postes d'infirmiers de nuit qui seront supprimés en février prochain. Patrick Giroud, aide-soignant et secrétaire du syndicat CGT de la résidence d'accueil et de soins, s'insurge contre la politique budgétaire et salariale menée par les instances dirigeantes de l'établissement. Il met tout en oeuvre pour alerter les instances supérieures et sensibiliser l'opinion publique.

Patrick Giroud dénonce l'absence d'augmentation de budget alloué au personnel depuis deux ans. Lors de la réunion du Comité technique d'établissement (CTE) qui a eu lieu le 21 octobre, les représentants du personnel ont voté contre le budget prévisionnel de 2015 présentée par la direction. « Un établissement tel que Le Perron ne se gère pas de la même façon qu'une entreprise classique », affirme-t-il et poursuit : «  Une semaine après ce CTE, nous avons été informés de la suppression de trois postes d'infirmiers de nuit ». Depuis 2011, Le Perron avait accumulé un déficit d'un million d'euros. Il est aujourd'hui en partie comblé grâce aux rallonges budgétaires de l'Agence régionale de Santé (ARS). L'établissement doit encore effectuer 150 000 e d'économie en 2015 et autant en 2016. Il a d'ores et déjà prévu de réaliser 106 000 e d'économie sur le budget du personnel. Deux infirmiers de nuit qui partent à la retraite doivent être remplacés par des aides-soignants, moins qualifiés et donc moins rémunérés. Un autre infirmier de nuit a été redéployé à un poste de jour. Patrick Giroud met en garde contre les conséquences dramatiques que ces suppressions de postes d'infirmiers engendreraient : obligation d'appeler le 15 en cas de problème (problème de délais d'intervention), absence de gestion des médicaments la nuit, absence de nombreux actes médicaux et administratifs.


0 commentaires

Envoyer un commentaire