Jazz à Vienne pour tous

Publié le 12 juillet 2016 à 17h15 | Modifié le 12 juillet 2016 à 17h49 | Vu 953 fois
Jazz à Vienne pour tous
- © Xavier Rauffet

Comme chaque année depuis trente-cinq ans, Jazz à Vienne réunit des milliers d’amateurs, toujours soucieux de montrer son ouverture vers d’autres musiques tout en s'affirmant comme un festival de première importance.

Du 28 juin au 15 juillet, il aura permis de faire connaissance avec de grands artistes, évidemment souvent venus des autres rives de l’Atlantique, lesquelles peuvent descendre jusqu’à Cuba et au Brésil.
Au fil des ans, on y a vu Miles Davis, Stan Getz, Claude Nougaro, Michel Petrucciani, Ella Fitzgerald, Sonny Rollins, Lionel Hampton, Dee Dee Bridgewater, Chuck Berry et autres Ike Turner.

Sa particularité environnementale vient de l’utilisation du théâtre antique mis au jour en 1908. Sur le bas du mont Pipet, quelque 13 000 spectateurs pouvaient être réunis dans ce qui constituait l'un des plus grands théâtres urbains de l'empire romain. En 1937, les premiers spectacles contemporains y sont introduits et, en 1980, une nuit du blues apparaît, qui va donner naissance à un festival international de jazz ; celui-ci, aujourd’hui, déborde du lieu d’origine en réquisitionnant d’autres espaces emblématiques à Vienne, jusque dans les rues de la cité toute la journée du dimanche 3 juillet ainsi qu’à l’intérieur du splendide Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal, juste de l’autre côté du Rhône.

Parmi les artistes de cette année, mentionnons Ibrahim Maalouf, Erik Truffaz, le groupe Pink Martini, Goran Bregovi, Nile Rodgers, Jacob Collier, Lisa Simone, Diana Krall, Hugh Coltman, le groupe Amazing Keystone, Angelo Debarre et Marius Apostol, John McLaughlin, le trio Scofield / Mehldau / Guiliana, Beth Art, Imelda May, Yael Naim, Esperanza Spalding, les jumelles Ibeyi, Tonya Baker, Chick Corea, Gregory Porter, Seal, Cécile McLorin Salvant, l’orchestre de James Brown, Cory Henry, Buddy Guy, Shakura S’Aida et Selwyn Birchwood. Mentionnons que Randy Weston y a fêté ses 90 ans lors du concert du 4 juillet, lui-même jouant de son piano pendant près d’une heure et demie.

Les amateurs sont évidemment comblés par la programmation, d’autant que de multiples manifestations se déroulent aux abords. On peut signaler plus particulièrement la création jeune public, qui réunit 6 000 enfants, l’Académie du Jazz pour les musiciens débutants et expérimentés, la Caravan’Jazz qui parcourt toute l’agglomération, les lectures musicales et le festival off qui se déroule sur les terrasses des cafetiers-restaurateurs.

Si Vienne sert d'écrin au festival, celui-ci contribue puissamment à l’animation de l’antique cité gallo-romaine au début d’un été qui n’évite pas toujours les orages — les gradins ne sont pas couverts — mais qui contribue à une chaude ambiance dans ce petit coin du Dauphiné rhodanien.

 www.jazzavienne.com

Mots clés : Jazz à Vienne,

0 commentaires

Envoyer un commentaire