Migrants - Le CAO de Saint-Hilaire-du-Rosier se vide peu à peu

Publié le 23 février 2017 à 11h23 | Modifié le 23 février 2017 à 16h16 | Vu 1266 fois
Migrants - Le CAO de Saint-Hilaire-du-Rosier se vide peu à peu
Moments d'émotion lors du départ des migrants de la gare de Saint-Hilaire/Saint-Nazaire - © S.G.

Ce jeudi matin, trois nouveaux migrants ont quitté le CAO (Centre d’accueil et d’orientation) de Saint-Hilaire-du-Rosier à destination du CADA (Centre d’accueil de demandeurs d’asile) de Pont-de-Chéruy. Moments chargés d’émotion pour Abdalla Mohamad, Wadbka Abdollha et Omar Abu.

Sur le quai de la gare de Saint-Hilaire/Saint-Nazaire, il y avait beaucoup d’émotion ce jeudi. En cette matinée ensoleillée, trois nouveaux migrants ont plié bagages pour prendre la direction du CADA de Pont-de-Chéruy. Des embrassades, des accolades et même quelques larmes étaient visibles sur leurs visages. L’émoi était fort car beaucoup de liens ont été créés entre les habitants et ces jeunes. Leur venue qui avait certes déclenché quelques tensions au sein de la petite commune rurale a rapidement laissé place à une solidarité sans faille, s’étendant bien au-delà du village.

Le centre de vacances Enedis reprendra ses droits fin avril

Depuis leur arrivée le 17 novembre dernier, de nombreux liens se sont tissés entre les résidents du CAO et les habitants de Saint-Hilaire et des villages alentour. Que ce soit lors des cours de français hebdomadaires assurés par l'association AIR (Accueil Interculturel Royans), des sorties dans le Vercors, des visites de fermes, des soirées festives, des invitations à déjeuner à la maison, des accompagnements en préfecture ou chez le médecin, des collectes de vêtements et de nourriture en passant par le match de football, les rencontres et les échanges furent riches et intenses. Au début du mois, ils étaient plus d’une centaine d’habitants à venir leur dire au-revoir lors d’une soirée conviviale et bon enfant organisée à la salle des fêtes de Saint-Nazaire-en-Royans. 

Arrivés en provenance des camps démantelés de Paris, ces migrants, au nombre de 57 et pour une grande majorité soudanais, ne sont désormais plus qu’une vingtaine au CAO de Saint-Hilaire-du-Rosier. Au fur et à mesure de leur dépôt de dossiers de demande d’asile en préfecture, ils repartent dans trois CADA du département. Comme annoncé, le centre de vacances d’Enedis mis à disposition pendant plusieurs mois devrait donc retrouver sa vocation d’ici la fin avril.

Augustin Chalvin

0 commentaires

Envoyer un commentaire