Journée mondiale de l'eau : que deviennent nos eaux usées ?

Publié le 21 mars 2017 à 00h00 | Modifié le 23 mars 2017 à 10h11 | Vu 620 fois
Journée mondiale de l'eau : que deviennent nos eaux usées ?
- © banque mondiale/Arne Hoel

Ce mercredi 22 mars, la journée mondiale de l’eau se penche sur un enjeu majeur, celui des eaux usées. A l'occasion de cette journée, la Frapna Isère rappelle que les eaux usées sont un enjeu écologique primordial pour tous.

L’eau est au centre de débats et de conflits pour son rôle essentiel dans la satisfaction des besoins de notre société, de ses activités et de son développement : eau potable pour notre santé, eau disponible pour l’urbanisation, l’industrie et l’agriculture, eau de qualité des rivières et des lacs pour la pêche et le tourisme. L’eau est également un élément essentiel pour tout être vivant ; la préservation de sa qualité est, au-delà des besoins humains, un enjeu écologique primordial pour tous.

Les eaux usées : enjeu environnemental et sanitaire
Les eaux usées domestiques ne constituent plus aujourd'hui la pollution la plus inquiétante à côté des pollutions agricoles diffuses et des pollutions industrielles souvent historiques... Mais cette source de pollution demeure : matières oxydables, azote, phosphore, micro-organismes, cosmétiques, produits d’entretien, médicaments… Nos eaux usées domestiques contiennent de nombreuses matières qu’il est nécessaire de traiter avant de restituer l’eau dans le milieu naturel, évitant ainsi de perturber les écosystèmes et permettant de préserver la santé publique. Des effluents peu ou mal épurés de quelques habitations qui rejoignent un petit cours d'eau suffisent à détruire la vie qui l’habitait sur des kilomètres.

Si l'épuration de nos eaux usées a fait des progrès importants dans les agglomérations, elles ne sont pas encore collectées par les réseaux ou bien ceux-ci drainent des eaux de ruissellement qui rendent inopérantes et coûteuses les stations d'épuration lorsqu'elles existent. Quelques rares agglomérations de plus de 2000 habitants, mais aussi certaines communes plus petites continuent de rejeter tout ou partie de leurs effluents domestiques sans aucun traitement.

Si vous êtes témoin d’une pollution de l’eau, la Frapna vous propose de le signalez sur son site sentinelles-de-l'environnement.org. De plus si vous êtes redevable de l'assainissement autonome, vous pouvez opter pour les systèmes alternatifs écologiques ! Toilettes sèches ? Phytoépuration ? Pour se retrouver dans le labyrinthe du traitement des eaux usées chez les particuliers, la Frapna Isère publie un livret sur les systèmes alternatifs pour gérer de manière écologique ces déchets incontournables et ainsi améliorer la fertilité des sols et la qualité de l’eau.

0 commentaires

Envoyer un commentaire