Le collège de Vinay inaugure son site de compostage

Publié le 26 octobre 2011 à 13h23 | Vu 1038 fois
Le collège de Vinay inaugure son site de compostage

Le collège Joseph-Chassigneux a inauguré, la semaine dernière, son site de compostage destiné à valoriser les déchets de cantine.

C'est Pierre Mathieu, principal, qui a présenté les actions pour lesquelles le collège s'est déjà engagé dans une démarche de préservation de l'environnement : depuis environ deux ans, sous l'impulsion de Magali, qui avait sollicité la mairie de Vinay pour obtenir des poubelles spécifiques, le collège assure le tri du papier.

Une sensibilisation à une agriculture locale est faite aux élèves de sixième qui visitent, chaque année, une exploitation agricole avec une noyeraie, sur la commune de Cognin-les-Gorges.

Une autre démarche commence, en ce jour d'inauguration, avec le tri des déchets alimentaires. A l'avenir, Pierre Mathieu souhaite que le collège continue cette démarche avec des économies d'électricité et de papier notamment. Sur le moyen terme il espère également généraliser le « manger bio local ».

Jean-Claude Potié, a rappelé, au nom du Sictom Sud-Grésivaudan, que l'objectif du compostage, dans le cadre de la mise en place de la redevance incitative et du Grenelle de l'environnement, est de réduire d'un tiers le volume des déchets ménagers.

En France, ce sont en moyenne 370 kg de déchets par personnes qui sont générés chaque année, dans la région, on est à 250 kg par personne et sur Vinay, ville semi-urbaine, ont dénombre 200 kg par personne et par an.

Jean-Claude Potié a également rappelé que ce tiers de déchets mis au compostage ne sera pas transporté à Chatuzange-le-Goubet, ce qui entraîne moins de transports en camion et moins d'émission de CO2.

Second avantage, les déchets du compostage seront valorisés et pourront être utilisés dans moins d'un an, soit au sein du collège soit ailleurs, sous forme de terreau. Ce dispositif, déjà en place au collège de Saint-Marcellin, le sera rapidement au collège de Pont-en-Royans.

La suite dans notre édition du 28 octobre 2011

0 commentaires

Envoyer un commentaire